Découvrez la méditation du Pape François sur la prière du Notre Père !

univers suivant univers précédent
L'abolition de l'homme : la voie perdue

L'abolition de l'homme : la voie perdue

Responsable(s) : Irène Fernandez, Irène Fernandez

Ad Solem ,
collection Philosophie , (octobre 2015)

Résumé

Une réflexion, publiée en 1943, sur l'éducation, l'importance du jugement moral et l'universalité de la raison pratique. La victoire finale de l'homme, pour l'auteur, n'est pas dans un affranchissement de l'ordre naturel mais dans un retour à la nature. ©Electre 2017

Du même auteur

suivant précédent

Les autres internautes ont aussi commandé dans le rayon «Penseurs chrétiens»

suivant précédent

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

Une réflexion, publiée en 1943, sur l'éducation, l'importance du jugement moral et l'universalité de la raison pratique. La victoire finale de l'homme, pour l'auteur, n'est pas dans un affranchissement de l'ordre naturel mais dans un retour à la nature. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

L'abolition de l'homme

La manière dont on conçoit l'éducation varie du tout au tout selon que l'on défend la possibilité de l'erreur et de la vérité du jugement moral, et l'universalité de la raison pratique - ce que C.S. Lewis désigne par le terme de voie, ou « Tao », dans ce livre de 1943. Pour ceux qui sont à l'intérieur de la voie, l'éducation consiste à favoriser la naissance de ces réactions au monde qui sont justes en elles-mêmes, indépendamment du fait qu'on les éprouve ou non - ces réactions dont la possibilité définit l'humanité même. Ceux qui sont étrangers au Tao doivent par contre, s'ils sont logiques, regarder tous les sentiments comme également irrationnels, comme des sortes de buées qui nous cachent la réalité. Ce n'est pas que ce soient des hommes mauvais : ce ne sont plus des hommes du tout. En sortant du Tao, ils sont entrés dans le vide. Quant à ceux qu'ils dominent, ils ne sont pas forcément malheureux ; ce ne sont pas des hommes non plus : ce sont des produits fabriqués. La victoire finale de l'homme ce n'est pas un affranchissement de l'« ordre naturel » ; c'est au contraire un retour à la nature, mais qui s'affranchit de toute médiation culturelle. Aujourd'hui, cette libération s'appelle « écologisme » et « transhumanisme ». Ce sont les autres noms de l'abolition de l'homme.

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Broché

Page :
112p

Format :
22x14cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
2-37298-016-5

EAN13 :
9782372980166