Amen, le nouveau disque des Prêtres

Cadeaux de communion, le plein d'idées

univers suivant univers précédent
Le curé de Soweto

0

Donner mon avis

Coup de coeur LaProcure.com

Le curé de Soweto

Responsables : Emmanuel Lafont, Jean Cormier, avec la collaboration de Jennifer Cormier

Rocher , Monaco
Desclée De Brouwer , Paris
collection Documents , (janvier 2011)

L'avis de La Procure

Onze ans curé de Soweto au coeur de l'apartheid, Emmanuel Lafont a oeuvré au cours de son ministère pour améliorer le quotidien du peuple. Il coécrit avec son ami Jean Cormier, journaliste, un récit puissant.

Les autres internautes ont aussi commandé dans le rayon «Témoignages de foi»

suivant précédent

Coup de cœur du libraire

Une rencontre avec "Manu", excusez-moi, de Monseigneur Lafont ne peut vous laisser indifférent. Nous rencontrons dans ce livre l'Afrique du Sud, l'apartheid dans son époque la plus convulsive, le curé des pauvres qui se bat au côté de son évêque Monseigneur Desmond Tutu et de Nelson Mandela pour la libération du peuple noir. Un homme d'Église témoin de l'amour de Dieu, mais aussi de la vie de ses paroissiens, ses frères. Après son ministère en Afrique du sud, il sera pendant quelques années à la mission de France. Mais il ne peut se passer du contact avec les hommes et devient évêque à Cayenne.
Un retour sur l'histoire des hommes qui nous laisse un grand espoir dans son avenir.

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

Le Français Emmanuel Lafont, évêque de Cayenne, a été curé à Soweto de 1983 à 1994. Il a agi aux côtés de Nelson Mandela et Desmond Tutu pour améliorer la vie quotidienne des Noirs victimes de l'apartheid.

Quatrième de couverture

Évêque à Cayenne, Emmanuel Lafont, né le 26 octobre 1945 à Paris, a été curé à Soweto, où il vécut onze ans de 1983 à 1994. Il était l'un des rares Blancs dans l'immense township de Johannesburg. Il sous-tend l'histoire de l'apartheid dans son époque la plus convulsive, prenant une part active aux actions de libération du peuple noir en Afrique du Sud.

Parfois aux côtés de Mandela, plus souvent de Mgr Desmond Tutu, toujours au milieu des miséreux de Soweto, ses paroissiens, il a risqué sa vie au quotidien.

Son nom en bout d'Afrique est Senatla, « l'homme fort ». Le 27 avril 1994, date du « big day » (l'élection de Mandela), son église, Saint-Philippe Néri, quartier Moletsane, est transformée en bureau de vote. Manu donne la messe en zoulou et en sotho ! Il finit son temps sud-africain en s'occupant des enfants des rues dans les townships de Pretoria, la capitale du pays... Puis il devient évêque à Cayenne où son parcours sowetan lui sert, dans les profondeurs de la Guyane, à se rapprocher des descendants d'esclaves africains et aussi des Amérindiens.

Il est un mélange de Gandhi et de l'abbé Pierre. Un non-violent terriblement actif. Toujours à l'écoute de l'Autre.

Son ami Jean Cormier (67 ans), le co-auteur, lui a plusieurs fois rendu visite à Soweto. Il est grand reporter, biographe du Che (éditions du Rocher) et réalisateur de documentaires (trois sur le Che, deux sur les Amérindiens).

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Broché

Page :
402p

Format :
24x16cm

Poids:
667.00g

ISBN :
978-2-268-07055-1

EAN13 :
9782268070551