univers suivant univers précédent
Juger la reine : 14, 15, 16 octobre 1793

Juger la reine : 14, 15, 16 octobre 1793

Tallandier , (septembre 2016)

L'avis de La Procure

Marie-Antoinette était condamnée d'avance. La "veuve Capet" se retrouva seule face à des révolutionnaires qui, durant trois jours et deux nuits d'octobre 1793, ne reculèrent devant rien pour la juger. Emmanuel de Waresquiel relate dans ce livre poignant ce face-à-face, cette tragédie, ce tournant et ce miroir de la Révolution française.

Du même auteur

suivant précédent

Les autres internautes ont aussi commandé dans le rayon «Louis XVI»

suivant précédent

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

S'appuyant sur l'examen des minutes du procès de Marie-Antoinette, l'historien restitue le cadre, les protagonistes et l'atmosphère de ces trois jours, moment paroxystique du basculement révolutionnaire. Révélant les questions posées à l'accusée et ses réponses, il montre l'absence de défense, dévoilant comment la reine a été la victime de conflits entre la Convention, la Commune et les Jacobins. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Il a fallu à la Révolution trois jours et deux nuits, du 14 au 16 octobre 1793, pour juger et exécuter Marie-Antoinette. Elle était condamnée d'avance. Ce face-à-face dramatique entre l'ancienne reine de France et ses juges dans la salle de la Liberté du Tribunal révolutionnaire de Paris tient tout à la fois du huis clos, du dialogue de sourds et de l'épreuve de force. C'est bien sûr le procès d'une reine, c'est aussi celui d'une étrangère, c'est enfin celui d'une femme et c'est celui d'une mère.

Emmanuel de Waresquiel le raconte, à la lumière de sources jusqu'alors inédites, en montrant tour à tour l'accusée et ses accusateurs, leurs peurs, leurs courages et leurs certitudes, leurs fantasmes et leurs haines. Il en fait à la fois un tournant de la Révolution et l'un des moments paroxystiques de la Terreur. Un miroir aussi, comme si tout était dessiné en noir et blanc : les hommes et les femmes, la vertu et la trahison, l'égalité et le privilège, la nation et l'Europe, la République et la monarchie. Les grandes fractures françaises ont en commun d'avoir été des tragédies. Elles font de ceux qui s'y débattent des personnages de la 25e heure. Victimes et bourreaux n'ont plus de prise sur leur destin.

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Broché

Page :
359p

Format :
22x15cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
979-10-210-1056-7

EAN13 :
9791021010567