M et le 3ème secret : promotion à 16€ !

Les aubes sont à nouveau disponibles ... !

univers suivant univers précédent
Pie VII face à Napoléon
                                : la tiare dans les serres de l'aigle
                                : Rome, Paris, Fontainebleau 1764-1814

Pie VII face à Napoléon : la tiare dans les serres de l'aigle : Rome, Paris, Fontainebleau 1764-1814

Responsable(s) : sous la direction de Christophe Beyeler, traduit de l'italien par Renaud Temperini, préface Jean-François Hebert, Vincent Droguet

RMN-Grand Palais , Paris
Château de Fontainebleau , Fontainebleau (Seine-et-Marne)
Fondation Napoléon , Paris (mars 2015)

Résumé

A travers de nombreux documents (objets, peintures, archives, etc.), un retour sur les relations tumultueuses entre la France et le Saint-Siège sous Napoléon, de la ratification du Concordat en 1801, qui normalise les relations entre les deux Etats, jusqu'à l'annexion des Etats pontificaux et l'emprisonnement de Pie VII de 1809 à 1814, en passant par le sacre de Napoléon Ier à Notre-Dame. ©Electre 2017

Les autres internautes ont aussi commandé dans le rayon «Histoire : beaux livres & grands formats»

suivant précédent

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

A travers de nombreux documents (objets, peintures, archives, etc.), un retour sur les relations tumultueuses entre la France et le Saint-Siège sous Napoléon, de la ratification du Concordat en 1801, qui normalise les relations entre les deux Etats, jusqu'à l'annexion des Etats pontificaux et l'emprisonnement de Pie VII de 1809 à 1814, en passant par le sacre de Napoléon Ier à Notre-Dame.
©Electre 2017

Quatrième de couverture

Le palais impérial de Fontainebleau accueillit le pape Pie VII à deux reprises, dans des circonstances radicalement différentes : il y fut d'abord hôte sur le chemin du sacre en novembre 1804, puis prisonnier dans une geôle dorée de juin 1812 à janvier 1814.

Au-delà de la confrontation entre deux personnalités hors du commun, l'ancien bénédictin élu pape et le lieutenant d'artillerie proclamé empereur des Français, l'ambition de cet ouvrage est plus largement d'explorer les relations tourmentées entre l'Église et l'État, des débuts italiens de Bonaparte en 1796 au rétablissement du pouvoir temporel du pape en 1814, en passant par le Concordat de 1801. Cet affrontement entre les deux pouvoirs eut d'emblée une traduction artistique : des oeuvres d'art furent confisquées et restituées, tel le monumental Jupiter d'Otricoli exceptionnellement prêté par les musées du Vatican, ou commandées et offertes, telle la somptueuse tiare exécutée par l'orfèvre Auguste et le joaillier Nitot, cadeau de l'Empereur au pape en 1805 au temps de la concorde, ordinairement conservée dans le trésor de la Sacristie pontificale des Sacrés Palais.

Par ailleurs, une ample moisson iconographique rassemble, rapproche et confronte des oeuvres exposées au Salon à Paris en 1810 et 1812 ou conçues en Italie. À Rome, déclarée « seconde capitale de l'Empire », la décoration du Quirinal, devenu palais impérial de Monte-Cavallo, multiplia les références antiques au service du César moderne, tandis qu'à Paris, où foisonnaient les projets à la gloire de l'Empereur, le Salon des artistes vivants était une scène où se livrait une guerre des pinceaux. Après la chute de Napoléon en 1814 se poursuivit, par une explosion de créations graphiques, cette guerre d'image entre les deux souverains rivaux, l'un restauré, l'autre déchu, chacun également habile à mobiliser à son profit l'opinion par les arts.

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Broché

Page :
248p

Format :
28x22cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
978-2-7118-6247-4

EAN13 :
9782711862474