Thérèse d' Avila

Thérèse d' Avila

Sainte Thérèse d'Avila réformatrice de l'ordre du Carmel auquel Saint Jean de la Croix voulut adjoindre un ordre masculin, est une religieuse du XVIè siècle espagnol qui a laissé une oeuvre d'une haute spiritualité. Elle a été la première femme reçue Docteur de l'Eglise. Elles ne sont que cinq à ce jour.

Sainte Thérèse d'Avila est née dans une famille de la petite noblesse castillane en 1515. Placée au couvent par son père qui la trouve, malgré ses désirs de martyre, trop coquette, elle décide au bout de quelques mois d'entrer en religion. Devant l'opposition de son père, elle fugue et prononce ses voeux dans un couvent de religieuses non cloîtrées. Pendant plus de 20 ans, elle séjourne dans ce couvent, où elle alterne périodes de maladie et même de paralysie, visions mystiques et vie mondaine à laquelle, à la suite d'une apparition du Christ, elle décide de mettre un terme. Elle fonde alors le couvent Saint Joseph, laboratoire de ses réformes, dans lequel elle instaure des règles austères fondées sur la pauvreté, la solitude et le silence. Les religieuses doivent se contenter de sandales à semelles de bois, ce que reprendra Jean de la Croix quand il fondera l'ordres des carmes déchaussés sur le modèle des carmels féminins. Thérèse sillonne l'Espagne pour veiller à sa réforme et fonder de nouveaux couvents. A sa mort en 1582, elle laisse de nombreux écrits spirituels tel Le chemin de perfection, des recueils de prières et les statuts de ses couvents qui lui valent, après sa béatification en 1614 puis sa canonisation en 1622, d'être la première femme proclamée Docteur de l'Eglise par le pape Paul VI en 1970.