Philippe Béguerie

Philippe Béguerie

Philippe Béguerie, seul rescapé d'un maquis d'étudiants bordelais anéanti en 1944, a dit une deuxième fois non, quand Mgr Lefebvre devint supérieur de sa congrégation spiritaine. Il la quitte pour partir en Afrique. A son retour en France, il est devenu un spécialiste de la liturgie et de la catéchèse des adultes.

Philippe Béguerie est un jeune bordelais de 19 ans lorsqu'il part avec des amis, la plupart élèves de la classe préparatoire coloniale du lycée Montaigne de Bordeaux, organiser un petit maquis à Saucats. Le groupe est découvert et massacré, il est le seul survivant. Il entre alors chez les spiritains et est ordonné prêtre en 1952. Il suit avec passion la préparation du concile Vatican II et quitte son ordre quand Mr Lefebvre en devient supérieur. Il est alors incardiné au diocèse de Paris et commence à s'intéresser à la liturgie, dans l'optique des réformes du concile. En 1976, nouvelle rupture dans sa vie, il décide de partir comme prêtre fidei donum trois ans au Cameroun. Ensuite, pendant une quinzaine d'années, il alterne apostolat en France et en Afrique. Il sera ainsi curé de Saint Séverin. Parmi ses publications, de nombreux parcours de catéchuménat adulte, dans lesquels il a essayé d'adapter à la France le travail qu'il a fait en Afrique, ainsi Aux sources de la foi. En 2010, il livre Vers Ecône. Mgr Lefebvre et les pères du Saint Esprit, un livre significatif dans lequel il redit son désaccord avec le mouvement et explique sa décision de quitter son ordre. Ce livre présente en outre l'intérêt d'offrir des archives inédites que les spiritains avaient jusque là refusé d'ouvrir.

La Procure aime particulièrement :

La messe de Paul VI : retour au coeur de la tradition

Desclée De Brouwer ,

L'avis de La Procure

Ce livre passionnant met en valeur l''importance de la messe de Paul VI qui fut mise en oeuvre par le concile oecuménique de Vatican II. Il n''est pas ici question de rupture avec la Tradition, les deux auteurs, au contraire,introduisent la notion de transmission comme étant une donnée indissociable de la Tradition. Et c''est donc à cette transmission vivante, voulue par la réforme liturgique, que nous devons une liturgie restaurée dans sa simplicité et sa beauté originelle et rendue au corps de l''Église, tout entier.

Philippe Béguerie : OEUVRES