Annette Becker

Annette Becker

Annette Becker, fille de l'historien de la Grande Guerre Jean-Jacques Becker a choisi la même spécialité et a signé avec Stéphane Audoin-Rouzeau, plusieurs ouvrages importants qui ont renouvelé la lecture des évènements de ce conflit. Elle s'intéresse à un aspect souvent négligé : les souffrances des civils.

Annette Becker a choisi la même spécialité que son père, l'historien Jean-Jacques Becker et comme lui, elle a enseigné à l'université Paris X Nanterre. Elle est membre senior de l'Institut universitaire de France depuis 2009. Ses recherches couvrent plusieurs domaines. Elle a publié deux importants ouvrages de synthèse en collaboration avec Stéphane Audoin-Rouzeau, La Grande Guerre : 1914-1918 et 14-18 : retrouver la guerre. Elle s'intéresse tout particulièrement au sort des hommes. Les soldats tout d'abord, souvent sacrifié en vain. Ainsi a-t-elle étudié Les monuments aux morts. Patrimoine et mémoires de la Grande Guerre. Elle s'est aussi attachée à trois figures d'intellectuels simples soldats mais au regard aiguisé d'analyste, Maurice Hallwachs ou Marc Bloch, le grand historien des Annales combattant en 14, résistant en 40 et exécuté par les nazis en 44. Elle a pour ce livre, Marc Bloch, l'histoire, la guerre, la résistance, collaboré avec son fils, le juriste Etienne Bloch. Son Guillaume Apollinaire ; une biographie de guerre, l'engagement du poète, la grave blessure qui l'affaiblit au point de succomber à l'épidémie de grippe espagnole en 1918, a reçu le prix de la biographie de l'Académie Française. Elle s'est aussi attachée à un domaine souvent négligé, le sort des populations civiles déplacées et parfois victimes de violences, Oubliés de la Grande Guerre, populations civiles, déportés civils, prisonniers de guerre, Violence de guerre, violences coloniales, violences extrêmes avant la Shoah, Les cicatrices rouges 1914-1918. France et Belgique occupées et publié les Journaux de combattants et de civils de la France du Nord dans la Grande Guerre.