Raymond Boudon

Raymond Boudon

Raymond Boudon, membre de l'Institut, est l'un des grands noms de la sociologie française à l'instar des Alain Touraine ou Pierre Bourdieu. Influencé par les travaux des américains, il a orienté ses recherches vers la sociologie quantitative et l'individualisme méthodologique.

Raymond Boudon, né en 1934, normalien, réussit l'agrégation de philosophie en 1958 et a la chance de pouvoir partir aux Etats-Unis, une année à l'université Columbia de New York et une autre à Harvard. Il s'y initie aux méthodes quantitatives du sociologue américain Paul Lazarsfeld et en fera le sujet de sa thèse, L'analyse mathématique des faits sociaux. Sa thèse complémentaire, dirigée par Raymond Aron s'intitule A quoi servent les structures ?. Boudon est nommé maitre de conférence à l'université de Bordeaux puis professeur de sociologie à la Sorbonne. Il travaille également au CNRS et y développe les recherches empiriques par enquêtes et leur traitement informatique, alors embryonnaire. Son grand apport à la sociologie est la conception et le développement de l'individualisme méthodologique influencé par les travaux du sociologue allemand Max Weber : sa méthode consiste à retrouver des structures générales à partir de l'analyse de phénomènes particuliers, à l'opposé de la théorie selon laquelle la totalité sociale détermine le comportement individuel. Par son enseignement dans les plus grandes universités et ses livres, L'inégalité des chances ou Effets pervers et ordre social, Raymond Boudon est l'une des voix les plus écoutées de la sociologie.

Raymond Boudon : OEUVRES

Autres contributions