Albert Camus

Albert Camus

Albert Camus, prix Nobel de littérature, est un écrivain et philosophe français issu de l'Algérie coloniale, engagé dans tous les combats de son époque et dont la mort prématurée a laissé un grand vide dans le paysage intellectuel de son temps.

Albert Camus est né dans une très modeste famille de colons algériens en 1913. Son père est tué dans les premiers combats de la guerre et sa mère illettrée se réfugie avec ses deux enfants à Alger chez sa mère, femme dure et autoritaire. La famille vit des ménages que fait Madame Camus. Le petit garçon est remarqué par son instituteur qui lui fait passer le concours des bourses pour entrer au lycée, malgré l'opposition de la grand-mère. Camus fera toutes ses études en travaillant l'été. Après le bac il commence des études de philosophie mais ressent les premières atteintes d'une tuberculose qui va le contraindre à de longs séjours en sanatorium. Son premier livre L'envers et l'endroit paraît dans une revue en 1934. Il fonde un théâtre à Alger, début d'une passion qui ne le quittera plus. Il s'installe à Paris en 1940, publie en 1942 L'étranger et le mythe de Sisyphe, qui illustrent sa théorie de l'absurde et prend la direction du journal clandestin Combat. La peste paraît en 1947, l'homme révolté, qui provoque sa brouille avec Jean-Paul Sartre en 1951, ses grandes pièces de théâtre dans les années 50. La dispute avec Sartre rebondira lorsque Camus, déchiré par la guerre d'Algérie, viscéralement pacifiste, aussi ulcéré par les injustices dont sont victimes les musulmans que par les attentants aveugles qui lui font craindre pour sa mère, appellera à la trêve civile. Anti-marxiste comme il est anti-existentialiste, il s'élève avec vigueur contre la répression soviétique en Allemagne de l'Est et en Hongrie. Le prix Nobel de littérature lui est décerné en 1957. Il meurt dans un accident de voiture en 1960. Dans sa serviette, se trouve le premier jet de son autobiographie, le premier homme, que ses enfants ne décideront de publier qu'en 1994.

La Procure aime particulièrement :

Le premier homme

Gallimard ,

L'avis de La Procure

Avorté par la mort accidentelle d’Albert Camus en 1960, le manuscrit du Premier homme annonce un projet autobiographique inédit dédié à sa mère, la paysanne illettrée « qui ne pourra jamais lire ce livre », pour « parler de ceux que j’aimais » : le père inconnu mort sur le front de 14-18, l’instituteur et le professeur de philosophie qui lui transmirent la passion de la littérature et du théâtre, puis une conscience politique. Pour célébrer son enfance et son adolescence algéroise, heureuse malgré la misère. Sans le filtre de la fiction, ces fragments de mémoire et notes de travail constituent un document précieux sur l’homme intime. En dépit de son état d’ébauche, trente-quatre ans plus tard, la publication de cet écrit imprévu dans la bibliographie de Camus émeut des milliers de lecteurs qui découvrent les racines d’une personnalité aussi solaire que tourmentée, la genèse d’une pensée et d’un engagement authentiques, en accord avec ses origines et son attachement à une Algérie bientôt disparue. Le prix Nobel institutionnalisé en « philosophe pour classes terminales » et théoricien de l’absurde renaît alors : en humaniste à la pensée incarnée et vivante. 

8.00€

À commander

Ma sélection Liste cadeaux

Albert Camus : OEUVRES

Autres contributions

En savoir plus