Sandrine Collette

Sandrine Collette

Sandrine Collette n'a eu besoin que d'un roman, un policier particulièrement noir, pour être reconnue comme une plume de valeur. Le deuxième a confirmé le talent d'une femme qui de son propre aveu a toujours écrit, mais a attendu d'avoir 40 ans avant de publier.

Sandrine Collette a toujours eu deux passions, les livres et l'équitation qu'elle a pratiquée en concours hippique avant de s'adonner à la randonnée équestre. Elle a cependant fait des études de philosophie et de sciences politiques qui l'ont menée au doctorat. Elle travaille à l'université de Nanterre où elle est responsable du CREFOP, l'organisme de formation continue de l'université. Sa passion des chevaux et de la nature l'a cependant reprise et depuis une dizaine d'années, elle partage sa vie entre l'université et sa ferme du Morvan qu'elle restaure elle-même - elle dit avoir 1000m2 de toitures à son actif et a appris à remonter des murs en vieilles pierres - et où elle élève des chevaux. Sa passion des livres, qu'elle cultive depuis l'enfance, ne l'a jamais quittée, ni son envie d'écrire autre chose que des textes techniques. La nature austère du Morvan lui a inspiré son premier roman, Des nouds d'acier, en 2013, immédiatement récompensé par le Grand prix de littérature policière et suivi l'année suivante d'Un vent de cendres, qui lui aussi fait sensation, des livres durs et violents, qui mettent en scène des personnages tourmentés dans une nature hostile.

Sandrine Collette : OEUVRES