Sandor Ferenczy

Sandor Ferenczy

Sandor Ferenczy, l'enfant terrible de la psychanalyse comme on l'appela en son temps, la découvrit grâce à la rencontre de Freud. On lui doit une prise en compte de la souffrance du patient, la définition de la notion de trauma et de réelles innovations thérapeutiques. Il eut Melanie Klein pour disciple.

Sandor Ferenczy, sujet à sa naissance à Budapest en 1873 de l'empire austro-hongrois, d'origine juive polonaise, a magyarisé son nom. Il est jeune médecin quand il fait la rencontre fondatrice de Sigmund Freud avec qui il suit une analyse avant de devenir à son tour psychanalyste. Son apport principal à la discipline est la notion de trauma et sa recherche d'une attitude plus souple, l'élasticité de la technique, face au patient, qui permet à celui-ci de se sentir plus en confiance. En 1918, la Hongrie accède à l'indépendance. Le nouveau gouvernement se laisse persuader de confier une chaire de psychanalyse, la toute première de la discipline, à Ferenczy à l'université de Budapest. Il y aura pour étudiante Melanie Klein. Freud salue l'évènement par un texte fondateur des conditions d'enseignement, Au sujet de l'enseignement de la psychanalyse à l'université. Les deux hommes s'éloignent cependant peu à peu l'un de l'autre au fur et à mesure que Ferenczy précise sa pensée et ses découvertes thérapeutiques. Il a le temps de publier ses oeuvres avant de disparaître prématurément en 1933.

Autres contributions

En savoir plus