Françoise Hildesheimer

Françoise Hildesheimer

Françoise Hildesheimer, bon sang ne sachant mentir, a suivi les traces de son père, archiviste et historien qui l'a très tôt initiée à l'histoire. Elle est conservateur général du patrimoine aux Archives nationales, professeur associé à la Sorbonne et biographe de Richelieu.

Françoise Hildesheimer est la fille d'Ernest Hildesheimer, archiviste et historien de la ville de Nice. Tous les soirs en rentrant à la maison, il lit à sa fille des pages de l'histoire de France de Guizot, premier ministre du roi Louis Philippe. Sa fille réussit le difficile concours d'entrée à l'école des chartes et en ressort avec le titre d'archiviste paléontographe et de docteur en histoire avec une thèse, soutenue en 1974, sur l'histoire de Nice au XVIIè siècle. C'est en effet la période qu'elle choisit d'étudier en priorité. Elle commence sa carrière aux archives de Marseille et dépouille celles de Notre Dame de la Garde. Ses premiers travaux portent sur Les diocèses de Nice et de Monaco, La vie à Nice au XVIIè siècle, Le bureau de la santé de Marseille sous l'Ancien Régime. Elle est ensuite nommée à Paris où elle est à la fois professeur associée à l'université Panthéon Sorbonne et conservateur général du patrimoine aux Archives nationales. Elle élargit ses recherches à tous les aspects du XVIIè siècle, principalement son histoire religieuse et à ses grands personnages. Auteur de plusieurs livres sur l'histoire religieuse de la période, Le jansénisme par exemple, elle s'est imposée comme biographe de Monsieur Descartes, la fable de la raison, ouvrage très intéressant car si Descartes a une riche bibliographie, elle est surtout philosophique et non historique, et de Richelieu dont elle a non seulement étudié la vie mouvementée et le rôle politique mais mis en évidence le mysticisme et publié les écrits.

Françoise Hildesheimer : OEUVRES

Autres contributions