Marguerite Hoppenot

Marguerite Hoppenot

Marguerite Hoppenot est la fondatrice du mouvement de spiritualité Sève dont la devise est " Etre, aimer, servir, unir" et veut porter la parole de Dieu à la bourgeoisie, selon la mission confiée par le cardinal Verdier. Décédée en 2011 à quelques jours de ses 110 ans, elle a laissé de nombreux livres de spiritualité.

Marguerite Hoppenot est née Marguerite de Marchena dans une famille de la grande bourgeoisie française. Son père, ingénieur, est chef d'entreprise et tient la chaire d'électricité de l'Ecole Centrale. Elle date sa première rencontre mystique de sa retraite de première communion. Sa jeunesse se partage entre l'école et l'étude approfondie du violon qu'elle choisit de poursuivre au lieu d'aller à l'université. Mariée et bientôt mère de famille nombreuse, elle ressent le besoin d'un engagement chrétien profond, notamment après les grèves de 1936 où elle comprend que ceux qui possèdent savoir et pouvoir suscitent haine et violence de la part de ceux qui n'ont rien. Elle commence donc, à l'instigation du cardinal Verdier, archevêque de Paris, à réunir des groupes de réflexion et de prière qu'elle appelle Sève, pour évangéliser la bourgeoisie. Ces rencontres, animées par des laïcs, réunissent catholiques et protestants, deviennent vite partie intégrante des groupements diocésains d'action catholique féminine. Son mouvement se développe jusqu'à compter plusieurs milliers de membres. Jusqu'à la fin de sa très longue vie, Elle a écrit une dizaine de livres parmi lesquels on peut relever vers le Royaume, le temps du feu, N'éteignez pas l'Esprit. Le journaliste Albéric de Palmaert lui a consacré une biographie, Marguerite Hoppenot, la liberté de l'amour.