Ivan Jablonka

Ivan Jablonka

Ivan Jablonka est issu d'une famille polonaise réfugiée en France à la veille de la guerre. C'est sans doute pourquoi il travaille sur la condition d'orphelin avec une thèse sur l'Assistance Publique. Il s'est livré à une enquête minutieuse sur l'Histoire des grands-parents que je n'ai pas eus, exterminés à Auschwitz.

Ivan Jablonka n'a, comme le dit le titre de son livre, pas connu ses grands-parents, juifs polonais qui se sont réfugiés en France à la veille de la guerre, y ont vécu en apatrides jusqu'à la rafle qui les envoya pour un voyage sans retour à Drancy puis Auschwitz. Ils laissaient un enfant de trois ans qui a survécu et est devenu physicien, le père d'Ivan Jablonka. Lui-même, né en 1973, a intégré l'Ecole normale supérieure après la khâgne du lycée Henri IV, puis réussi l'agrégation d'histoire. Disciple d'Alain Corbin et de Jean-Noël Luc,, il décide de consacrer sa thèse aux enfants abandonnés : Ni père ni mère. Histoire des enfants de l'Assistance Publique (1874-1939), publiée en 2006, deux ans après sa soutenance. A cette date, il a déjà fait paraître la biographie d'un autre orphelin, Les vérités inavouables de Jean Genêt et prépare Enfants en exil. Transferts de pupilles réunionnais en métropole (1962-1963), ces orphelins amenés en métropole en vue d'adoption par des familles rurales du centre de la France, séparés de leur fratrie, exploités et rejetés. Suivent Jeunesse oblige. Histoire des jeunes en France XIXè-XXIè siècles et Les enfants de la République. L'intégration des jeunes de 1789 à nos jours. Ivan Jablonka, maitre de conférence à l'université, habite le quartier de Paris où furent arrêtés ses grands parents. Il a voulu retracer leur destin dans Histoire des grands-parents que je n'ai pas connus, paru en 2012 : une oeuvre d'historien, pour laquelle il a consulté tous les fonds d'archives disponibles, accueillie comme un très grand livre par la critique et récompensée la même année par le prix d'histoire du Sénat, le prix Guizot de l'Académie Française et le prix Augustin Thierry des Rendez-vous de l'Histoire de Blois.