Emmanuel Kant

Emmanuel Kant

Emmanuel Kant n'a pratiquement jamais quitté sa ville natale mais il a ouvert la voie, par sa réflexion sur la philosophie, qu'il divise en trois branches, théorique, pratique et esthétique et par son enseignement, à tous les courants qui ont marqué la discipline en Europe aux XIXè et XXè siècles.

Emmanuel Kant a vécu toute sa vie en Prusse Orientale, à Königsberg et a enseigné dans l'université où il a lui même fait ses études. Né en 1724 dans une famille modeste, il s'inscrit à l'université pour étudier la théologie mais s'oriente vite vers la philosophie, les mathématiques et la physique. La mort de son père interrompt ses études et pendant neuf ans, il est précepteur dans des familles aisées. Il commence cependant à publier et sa deuxième dissertation sur la métaphysique lui permet de revenir à l'université comme professeur privé, directement payé par ses étudiants avant d'être titularisé quinze ans plus tard. Il est le premier philosophe à avoir assuré un enseignement régulier et officiel. Même sans voyager -il faisait tous les jours la même promenade, raconte-t-on, et ne changea d'itinéraire que deux fois, l'une pour se procurer Du contrat social de Rousseau, l'autre à l'annonce de la prise de la Bastille-, il se tient au courant de tout ce qui paraît en sciences et en philosophie ou en littérature et met peu à peu au point sa théorie philosophique. Celle-ci se fonde sur trois axes, théorique, que sait l'homme et jusqu'où peut-il savoir, c'est La critique de la raison pure, publiée en 1788, pratique, comment l'homme doit-il se comporter, ce qui englobe morale et politique, Critique de la raison pratique, Fondements de la métaphysique des moeurs et esthétique, Critique de la façon de juger. Une oeuvre philosophique qui a eu une influence considérable bien au delà de son époque et de son pays. Elle est à la source de l'idéalisme allemand du XIXè siècle, de Fichte à Hegel, de la philosophie analytique et de la phénoménologie.