Jean-Paul Kauffmann

Jean-Paul Kauffmann

Jean-Paul Kauffmann, otage au Liban pendant trois ans, a acquis une célébrité dont il se serait bien passé. Libéré, il n'a pu reprendre son métier de journaliste mais est devenu un écrivain au talent récompensé par de nombreux prix.

Jean-Paul Kauffmann est né en Mayenne en 1944. Attiré dès son plus jeune âge par la littérature et l'écriture, il choisit la voie du journalisme. Il travaille d'abord à l'AFP puis au Matin. Alors que fait rage la guerre au Liban et que deux diplomates français ont été pris en otage, il est envoyé à Beyrouth par son journal en compagnie du chercheur Michel Seurat en 1985. Ils sont capturés à leur arrivée. S'ensuivent trois années de calvaire auxquelles Michel Seurat ne survivra pas. Libéré avec les deux diplomates en 1988, Jean-Paul Kauffmann doit réapprendre à vivre. Il le fait par le biais de l'écriture, sans toutefois raconter ou aborder directement sa captivité. L'archipel des Kerguelen parait en 1990, la chambre noire de Longwood en 1997, récompensée par le prix Jules Verne, le prix Fémina essais et le prix Joseph Kessel. Parallèlement il retrouve ses passions d'avant et écrit dans des revues consacrées au vin de Bordeaux et aux cigares. En 2002, il reçoit le prix Paul Morand. En 2007, il publie La maison du retour qui peut enfin évoquer sa captivité et la difficulté de revenir à une vie normale. En 2009, il reçoit le prix de la langue française pour l'ensemble de son oeuvre.