Joseph de Maistre

Joseph de Maistre

Joseph de Maistre a vécu une période de troubles qui a vu son pays, la Savoie, perdre son indépendance et l'a contraint à un long exil en Italie et en Suisse. Cette situation lui inspire plusieurs livres de réflexion politique qui rencontrent un large écho. La Savoie rétablie dans ses droits à la chute de Napoléon deviendra française en 1860.

Joseph de Maistre nait à Chambéry, capitale d'une Savoie indépendante, en 1753 et prend tout naturellement la suite de son père au sein du Souverain Sénat de Savoie. D'abord ouvert aux idées nouvelles, il réclame l'égalité des citoyens dans son pays, mais sa pensée évolue devant les persécutions religieuses en France et l'annexion de son pays en 1792. Il est le seul sénateur savoisin à s'y opposer et doit s'exiler à Turin puis à Lausanne avec les siens. Ses biens sont confisqués et vendus comme biens nationaux. Il recrute des résistants à l'occupation française et écrit plusieurs pamphlets avant de rejoindre le roi à Turin en 1797. Mais l'invasion du Piémont par Bonaparte le chasse à Venise puis, après l'abdication du roi, en Sardaigne. Il est alors nommé ministre plénipotentiaire en Russie. La légende affirme qu'il est responsable de la conversion au catholicisme de la Comtesse Rostopchine, épouse du général qui organise la résistance de Moscou face à Napoléon en 1812, et de sa fille, la future Comtesse de Ségur. Il correspond assidument avec les royalistes français. Le premier traité de Paris, qui consacre le démembrement de la Savoie, lui cause une immense peine, mais le second, à la chute définitive de Napoléon après Waterloo, la reconstitue et lie son destin au Piémont. Le roi Victor-Emmanuel I rétablit l'Ancien Régime et rappelle Joseph de Maistre à Turin, sa capitale, en 1817. La route du retour passe par Paris où la monarchie restaurée et l'Académie Française lui font fête. Nommé président de la chancellerie avec rang de ministre d'état, il meurt en 1821. Sa Savoie retourne définitivement, mais pacifiquement, à la France sous un autre Napoléon, Napoléon III en 1860.

La Procure aime particulièrement :

Oeuvres. Suivi de Dictionnaire Joseph de Maistre

R. Laffont ,

L'avis de La Procure

Deux siècles après leur parution, les grands textes de Joseph de Maistre, dont Considérations sur la France et Les Soirées de Saint-Pétersbourg, continuent de fasciner par leur incandescence. Ses textes majeurs, ici réunis, le confirment : le plus bel écrivain de la contre-révolution n’est dépourvu ni de grandeur ni d’ambiguïtés.

33.00€

À commander

Ma sélection Liste cadeaux

Joseph de Maistre : OEUVRES

En savoir plus