Thomas More

Thomas More

Thomas More, canonisé en 1935, ami d'Erasme, fut un esprit universel, un humaniste qui a honoré son temps. Son ouvrage majeur, Utopie, peint un monde idéal où règneraient tolérance et liberté. Lui-même victime de l'intolérance, il a péri sur l'échafaud pour s'être opposé au divorce et à la réforme religieuse de Henry VIII.

Thomas More est l'une des grandes figures de l'humanisme du XVIè siècle. A l'université d'Oxford il a pour professeurs Erasme et John Colet qui deviennent ses amis. Il étudie ensuite le droit à Londres avant de l'enseigner à son tour. Il est l'avocat des marchands de la City puis juge de Londres. Elu au Parlement en 1504, il s'oppose aux taxes que veut lever le roi Henri VII pour combattre l'Ecosse et doit s'exiler en France en 1508 jusqu'à la mort du roi et l'avènement de son fils Henri VIII l'année suivante. Le cardinal Wolsey, chancelier du royaume, confie à More la gestion de ses biens. Le roi le remarque, le nomme maitre des requêtes puis membre de son conseil privé et l'envoie en mission diplomatique et commerciale en Hollande où il trouve le temps de rédiger l'Utopie, puis en France. En 1521, il est trésorier de la couronne, deux ans plus tard élu contre son gré speaker, président du Parlement. Il est ensuite chargé de rédiger les réfutations des thèses de Luther et y consacre pas moins de sept livres. Chancelier du duché de Lancastre en 1525, négociateur du traité de paix avec l'Espagne en 1529, il accède cette même année à la consécration suprême, le poste de chancelier du royaume laissé vacant par la disgrâce de Wolsey. Il s'y montre sévère pour les disciples de Luther et n'hésite pas à en faire condamner à mort. La disgrâce de Wolsey a été causée par son opposition au désir du roi de divorcer. Ce sera également la perte de Thomas More qui refuse de signer la lettre demandant au pape l'annulation du mariage et de reconnaître le roi comme chef de l'église d'Angleterre. Il démissionne de sa charge. Arrêté et jugé, il est condamné à mort et exécuté en 1535.

Thomas More : OEUVRES

Autres contributions

En savoir plus