Paul Ricoeur

Paul Ricoeur

Paul Ricoeur, philosophe protestant, a étudié les domaines de l'herméneutique et de la phénoménologie, et leurs rapports avec les sciences sociales. Professeur à l'université de Nanterre, il a eu la rude tâche d'en être le doyen pendant les évènements de Mai 68.

Paul Ricoeur ne dut pas avoir une enfance heureuse : sa mère meurt à sa naissance en 1913 à Valence, son père est tué à la guerre deux ans plus tard. Il passe ses années de lycée et de licence de philosophie à Rennes, suit le cours de Gabriel Marcel à Paris et réussit l'agrégation, classé deuxième, en 1935. Il passe les années de guerre prisonnier en Poméranie et s'occupe en traduisant en cachette un traité de Husserl. A la Libération, il enseigne au collège protestant du Chambon-sur-Lignon le temps de finir sa thèse. Il est alors nommé à l'université de Strasbourg puis à la Sorbonne en 1956. Il enseigne également à la facutlté théologique protestante de Paris et publie des articles dans Esprit et Christianisme social. Nommé en 1964 à Nanterre, il démissionne de la présidence du département de philosophie par solidarité avec les étudiants. Elu doyen de l'université en 1969, il démissionne l'année suivante, las de la situation explosive, et part un an à Louvain avant d'accepter un poste à l'université de Chicago. Les années qui suivent voient la publication de plusieurs ouvrages d'importance, tel Soi-même comme un autre en 1990 ou La reconnaissance en 2000. Il reçoit le prix Hegel, celui de l'Académie Française, de la Ville de Paris, de l'Académie des sciences morales. Il meurt en 2005.

La Procure aime particulièrement :

Le mal : un défi à la philosophie et à la théologie

Labor et Fides ,

L'avis de La Procure

En 1985 à Lausanne, lors d'une conférence historique, Paul Ricoeur repose la question du mal comme un véritable défi à la théologie, à la philosophie mais aussi à toutes les autres disciplines. Dieu est amour et pourtant le mal défigure le monde. Le mal est-il inscrit ou pas dans la création, ou encore comment se défaire du mal alors que son origine semble si profonde, le mal moral, la souffrrance, la plainte... ? Ricoeur nous propose de penser autrement cette immense contradiction. Dans son introduction, Pierre Gisel écrit : méditer le mal, c'est dire une faille au coeur de tout enfermement dans l'être, naturel, et radicalement, s'adosser à cette rupture pour être, être homme. La question du rapport à la souffrance est reposée, remise à la lumière d'un nouveau discernement. Nous sommes si vulnérables face au mal. Penser, sentir et agir plutôt que de subir, c'est continuer à vivre, à transformer spirituellement nos sentiments face au scandale du mal. Paul Ricoeur nous inspire le mouvement de l'espérance et la lutte est quotidienne, la faille devient le chemin du coeur, vers le vrai Dieu Amour...

9.90€

En stock, expédié sous 48 h

Ma sélection Liste cadeaux

Paul Ricoeur : OEUVRES

Autres contributions

En savoir plus