Alexandre Soljénitsyne

Alexandre Soljénitsyne

Alexandre Soljénitsyne emprisonné dans un goulag de Sibérie, interdit de publication puis expulsé d'URSS et déchu de sa nationalité, a longtemps été le symbole de la dissidence russe. Son livre Archipel du Goulag, publié en Occident, vaste fresque sociale qui dénonce la dictature et le mensonge officiel, a eu un énorme retentissement.

Alexandre Soljénitsyne nait en 1918 à Rostov, en pleine révolution russe. Orphelin de père, il vit de façon précaire avec sa mère et fait des études de mathématiques et de lettres. Il les achève juste lorsque l'Allemagne nazie envahit l'Union Soviétique. Mobilisé, il est décoré pour son courage mais arrêté en janvier 45 et condamné à 8 ans de camp lorsqu'une de ses lettres personnelles, critique à l'égard de Staline, est interceptée par la censure. Libéré, il est exilé au Kazhakstan jusqu'en 1956, date à laquelle il peut revenir près de Moscou où il enseigne la physique. Une journée d'Ivan Denissovitch paraît en 1962 avec l'autorisation de Kroutchev et le fait connaître en URSS comme en Occident. Mais à l'avènement de Brejnev, l'étau se resserre, il lui devient impossible de publier Le premier cercle Le pavillon des cancéreux et L'archipel du goulag qui paraissent en Occident. Le dernier livre, minutieuse description du systême concentrationnaire soviétique, a un énorme impact en Europe. Soljénitsyne qui n'a pu en 1970 aller recevoir son prix Nobel de littérature, chassé de son appartement, obligé de se réfugier dans la datcha de son ami le violoncelliste Mstislav Rostropovitch, ses proches menacés, est finalement expulsé et déchu de sa nationalité en 1974. Après quelques mois en Suisse, il part aux Etats-Unis et s'installe avec sa femme et leurs trois fils dans le Vermont. Critique du matérialisme occidental, il passe 20 ans en exil, y travaille à sa vaste épopée La roue rouge et peut rentrer en Russie sous Gorbatchev. Il comprend vite que rien n'a vraiment changé et que le pouvoir est toujours aussi verrouillé. Il est décoré par Poutine en 2007 et meurt en 2008.

La Procure aime particulièrement :

L'archipel du Goulag : 1918-1956 : essai d'investigation littéraire

Points ,

L'avis de La Procure

L’archipel du Goulag est l’un des plus grands romans du siècle dernier. Il décrit, avec un talent littéraire rare et exceptionnel, les incarcérations des détenus de droit commun ou politiques en Union soviétique, de 1918 à 1956. L’auteur, Alexandre Soljenitsyne (1918-2008), homme brillant, bienveillant à l’égard du communisme, s’engage en 1941 dans l’armée comme officier; il sera décoré pour son héroïsme. Arrêté parce qu’il a critiqué Staline dans sa correspondance, il découvre l’ampleur du système carcéral russe, un archipel constitué d’un ensemble de camps de travaux forcés, répartis dans tout le pays. Un système d’oppression et de liquidation de tous les opposants au régime où règne la loi de l’arbitraire. Écrit dans la clandestinité, de 1958 à 1967, le livre paraît en France en décembre 1973. Livre que j’ai découvert et «dévoré» en 1977 sur les bancs du lycée. L’archipel du goulag, comme l’intitule Soljenitsyne, est un essai d’investigation littéraire, à la fois autobiographique et historique, qui s’appuie sur la personnalisation de plus de deux cents témoignages. Le livre marque un tournant historique et ouvre une brèche sociétale et culturelle dans l’espace politique mondial qui depuis ne s’est jamais refermée.
LJ

14.50€

En stock, expédié sous 48 h

Ma sélection Liste cadeaux

Alexandre Soljénitsyne : OEUVRES

Autres contributions

En savoir plus