Edith Stein

Edith Stein

Edith Stein est une philosophe allemande, assistante de Husserl, première femme docteur en philosophie. Juive, elle se convertit au catholicisme à 30 ans, après la lecture de Sainte Thérèse d'Avila et entre au Carmel. Réfugiée en Hollande à l'arrivée des nazis au pouvoir, elle y est arrêtée, déportée et gazée à Auschwitz.

Edith Stein nait en Silésie en 1891 dans une famille juive pratiquante. Boulimique de connaissances, elle étudie langues, littérature, histoire, psychologie et philosophie. Elle se dit alors athée. Elle découvre la phénoménologie de Husserl et décide de quitter Breslau pour Göttingen puis Fribourg où elle devient son assistante. Elle s'engage à la Croix Rouge pendant la Grande Guerre et passe sa thèse en 1917, l'une des toutes premières femmes docteurs en philosophie. Féministe convaincue, elle milite pour l'égalité des femmes, droit de vote,obtenu en Allemagne en 1919 et accès à un poste de professeur d'université. Bien qu'autorisée par le ministère, trois universités la refusent. Elle ouvre une académie privée et publie ses premiers livres. Un cheminement intérieur et la lecture de Sainte Thérèse d'Avila la mèent à la conversion en 1921. Baptisée en janvier 22, elle veut entrer au Carmel mais son père spirituel lui demande d'enseigner la littérature et l'histoire au lycée et à l'école normale des Dominicaines. Elle donne également de nombreuses conférences et traduit en allemand les écrits de Saint Thomas d'Aquin. Interdite d'enseignement par les nazis, elle entre au Carmel de Cologne en 1933, prononce ses voeux définitifs en 1938 et pour échapper à la déportation, part au couvent hollandais d'Echt. A l'invasion de la Hollande en 1940, le danger se rapproche car elle est considérée comme juive et l'immigration en Suisse lui est refusée. Après la lettre des évêques hollandais protestant contre la déportation, les nazis décident celle des juifs catholiques et elle est arrêtée deux jours plus tard, passe par le camp de transit de Westerbork où elle croise Etty Hillesum et est gazée à l'arrivée à Auschwitz. Jean-Paul II l'a canonisée en 1999.