Geneviève de Gaulle-Anthonioz

Geneviève de Gaulle-Anthonioz

Geneviève de Gaulle-Anthonioz est la dédicataire des Mémoires de Guerre du Général de Gaulle. Son oncle a ainsi rendu hommage à la jeune fille qui revenait de déportation. La France libérée, elle s'est engagée dans un combat pour la dignité humaine aux côtés du père Joseph Wrezinski et d'ATD Quart Monde.

Geneviève de Gaulle-Anthonioz est la fille du frère ainé du Général de Gaulle. C'est dans la Sarre où travaille son père, ingénieur des mines, qu'elle lit Mein Kampf à 13 ans et comprend l'ampleur de la menace nazie. Dès le début de la guerre, la jeune étudiante en histoire, qui n'a pas entendu l'appel historique de son oncle mais l'a appris aussitôt par le prêtre de sa paroisse, se lance dans la Résistance. Elle est arrêtée en 1943, emprisonnée à Fresnes puis déportée à Ravensbrück en 1944. Pendant quelques mois, elle vit l'ordinaire du camp mais la guerre a commencé à tourner et les nazis comprennent vite qu'ils ont intérêt à garder en vie la nièce du chef de la France Libre pour servir éventuellement de monnaie d'échange. Elle est placée à l'isolement dans un bunker. Elle ne retrouve cependant la liberté qu'en avril 1945, quelques jours avant la capitulation de l'Allemagne. Son beau livre, La traversée de la nuit raconte avec sobriété cette expérience de la déportation et de la solidarité. Elle se remet de captivité auprès de son oncle et de sa tante puis épouse l'éditeur d'art Bernard Anthonioz en 1946. Elle travaille au cabinet d'André Malraux quand elle rencontre le père Joseph Wresinski, aumônier d'un bidonville. Elle s'investit à ses côtés dans le combat contre la misère mené au sein d'ATD Quart Monde qu'elle présidera de 1964 à 2001, un an avant sa mort. Elle se bat pour faire voter par le Parlement une loi sur la grande pauvreté, finalement adoptée en 1998. Elle s'investit également dans la mémoire, préside l'association nationale des anciennes déportées et internées de la Résistance et assiste aux procès de dignitaires nazis. Elle témoigne à celui de Barbie à Lyon en 1987. Ses livres retracent l'itinéraire exemplaire d'une femme de courage

Autres contributions

En savoir plus