Vos frais de port à 1 centime à partir de 49 euros d'achats* !

univers suivant univers précédent
Cités mayas

Cités mayas

Aedis ,
collection Petit guide, n° 215 , (avril 2006)

Résumé

Guide des cités mayas du Yucatan, entre Mexique, Honduras et Guatemala. Résume rapidement l'histoire connue des Mayas, en insistant plus particulièrement sur les vestiges des grandes cités comme Tikal, Palenque, Copàn, Chichen-Itza et Bonampak. ©Electre 2020

3,50 € 3,33 € -5 % avec le retrait en magasin
- 5 % sur les livres avec le retrait en magasin

Profitez du prix le moins cher en choisissant le retrait gratuit en magasin. Le prix se mettra à jour automatiquement lors de la validation de votre commande.

Extrait des conditions générales de vente sur le livre :
Conformément à la nouvelle loi encadrant les conditions de la vente à distance des livres, qui vient compléter la loi du 10 août 1981 sur le prix du livre, l'application d'une remise de 5 % sur les prix des livres n'est désormais possible que dans le cadre d'un retrait dans un point de vente commercialisant des livres. Bénéficiez ainsi de la remise de 5 % sur le prix éditeur et de la livraison gratuite en choisissant de faire livrer votre commande au magasin choisi.
Voir disponibilités en librairies

En stock, expédié sous 48 h

Je commande exemplaire(s)

Ajouter au panier

Nos modes de livraison...
modes de livraison

Ma sélection Liste cadeaux

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

Guide des cités mayas du Yucatan, entre Mexique, Honduras et Guatemala. Résume rapidement l'histoire connue des Mayas, en insistant plus particulièrement sur les vestiges des grandes cités comme Tikal, Palenque, Copàn, Chichen-Itza et Bonampak. ©Electre 2020

Quatrième de couverture

Bonampak (Mexique)

Découverte par hasard en 1946, Bonampak est située au sud du pays maya, dans une région forestière particulièrement chaude et humide. C'est l'unique cité maya dans laquelle on ait retrouvé des peintures murales dignes de ce nom. Et quelles peintures ! Toutes contenues dans un petit temple à l'aspect anodin, les fresques recouvrent les murs de trois chambres. Elles sont en relativement bon état grâce aux infiltrations d'eau qui, au cours des siècles, les ont recouvertes d'une fine couche de calcaire protectrice. Elles montrent des scènes extraordinaires de réalisme où l'on assiste à des processions en musique, des expéditions guerrières avec sacrifice des vaincus et des scènes de préparation aux cérémonies religieuses. Le style des fresques est bien particulier : pas de perspective, pas de paysage, pas de dégradé, pas de décor, pas de draperie mais uniquement des fonds de diverses couleurs (rouge pour l'intérieur, bleu pour l'extérieur, vert pour la végétation). Les personnages sont toujours représentés la tête de profil, dans des poses statiques où seul le mouvement des mains traduit l'action en cours. La valeur esthétique de l'ensemble réside bien plus dans le tracé du dessin que dans le choix des couleurs qui est probablement symbolique.

La chambre n° 1 montre la préparation d'une cérémonie avec danseurs et musiciens en face d'un dignitaire de haut rang entouré de deux femmes, d'un enfant et de nobles personnages. Un orchestre de douze musiciens s'avance (avec hochets, tambours, carapaces de tortue, trompes et sifflets). Cinq acteurs sont déguisés en dieux avec masques à tête d'animal, coiffes et boucles d'oreille.

La chambre n° 2 montre deux scènes moins pacifiques : dans la première, des guerriers vêtus de pagnes ou de tuniques attaquent des paysans sans défense et les font prisonniers ; dans la seconde, les prisonniers comparaissent devant le chef : l'un est mort, les autres saignent des doigts, tous sont terrorisés devant la mort probable.

La chambre n° 3 montre le dignitaire précédent, entouré de ses deux femmes, qui procède au rite de l'autosacrifice en se perçant la langue. Deux serviteurs l'assistent, l'un avec des épines acérées, l'autre avec un vase pour recueillir le sang. Des grands seigneurs et des danseurs assistent au rite, de même qu'une victime destinée au sacrifice.

Par ces scènes précises, les fresques de Bonampak constituent une source extraordinaire de connaissance des us et coutumes de la société maya à cette époque (la fin du VIIIe siècle). D'innombrables détails sur les costumes, les bijoux, les armes, les instruments de musique, les danses, les batailles, les sacrifices humains apparaissent ainsi en plein jour, détails que l'architecture, la sculpture ou la céramique ne permettaient pas d'imaginer. La place des femmes dans une société plutôt masculine y est précisée. Enfin, les scènes de guerre, de supplices et de sacrifices humains montrent clairement que la légende tenace qui donnait aux Mayas une image pacifique est définitivement obsolète.

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Page :
8p

Format :
3x2cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
2-84259-316-2

EAN13 :
9782842593162