COVID-19 : SUSPENSION DES EXPEDITIONS JUSQU'AU 15 AVRIL MINIMUM

univers suivant univers précédent
Culpabilité, paralysie du coeur : la guérison du paralysé (Luc 5, 17-26), sentiment, ambivalence et dépassement de la culpabilité

Culpabilité, paralysie du coeur : la guérison du paralysé (Luc 5, 17-26), sentiment, ambivalence et dépassement de la culpabilité

Labor et Fides , (septembre 2003)

L'avis de La Procure

En ouvrant son livre sur la lecture de la guérison du paralysé dans l'Évangile selon saint Luc, Lytta Basset nous propose une analyse originale et éclairante du sentiment de culpabilité, penchant naturel du coeur humain qui engendre l'enfermement sur soi, mais aussi l'asservissement de l'autre, de celui qu'on s'attache à culpabiliser. L'auteur montre ainsi, de manière salutaire et convaincante que, décidément, le sentiment de culpabilité n'est pas du côté de Dieu et que, en ouvrant la voie du pardon, la parole du Christ vient nous en libérer.

Du même auteur

suivant précédent

Les autres internautes ont aussi commandé dans le rayon «Protestantisme : auteurs théologiens»

suivant précédent

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

La culpabilité, ainsi que le perfectionnisme dont il est l'envers, peuvent aller jusqu'à paralyser la vie et même le corps. Guérir signifie alors, en renonçant à l'autoaccusation et à l'autojustification, entendre l'appel du Christ, à se mettre debout devant Dieu et en face des autres. Telle est la lecture que fait L. Basset du récit de guérison de Luc (5, 17-26). ©Electre 2020

Quatrième de couverture

Culpabilité, paralysie du coeur

Pourquoi croit-on que « c'est de notre faute » ? Pourquoi se sent-on si souvent coupable de telle pensée ou émotion, de tomber malade, de ne rien faire ou même d'aller bien ? Pour s'expliquer un malheur ou un échec, voire pour l'accepter, nous nous disons que c'est parce que nous avons fait quelque chose de mal. « Si j'avais agi autrement, cela ne se serait pas passé. » Le mécanisme est tel que la toute-puissante culpabilité arrive à prendre la place du Dieu Unique. Pour l'auteure, c'est un dysfonctionnement qui menace à tout moment de s'interposer entre l'humain et le « Tout-Autre ». Mieux : ce n'est pas du côté de Dieu qu'il faut chercher l'accusation. Ainsi, dans l'évangile de Luc, Jésus guérit le paralysé en lui disant qu'il est libre de toute faute, comme si c'était la culpabilité qui le paralysait. A la suite de cette partie narrative, Lytta Basset analyse aussi bien le discours sur la culpabilité chez Freud, Dolto ou Miller que celui de certains philosophes (Ricoeur, Nabert) pour finalement discuter les grandes orientations de la pensée protestante sur ce sujet : il y aurait moyen d'évangéliser le sentiment de culpabilité.

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Broché

Page :
105p

Format :
21x14cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
2-8309-1093-1

EAN13 :
9782830910933