Vos envois de Noël en Colissimo à 0,01 euro à partir de 49 euros en France métropolitaine !

univers suivant univers précédent
Le Dieu qui n'a pas échoué : comment la religion construit et soutient l'Occident

Le Dieu qui n'a pas échoué : comment la religion construit et soutient l'Occident

Responsable(s) : Emmanuel Tourpe

Liamar éditions , (décembre 2015)

Résumé

L'auteur met en avant l'importance de l'héritage religieux et philosophique chrétien dans le développement social, politique et économique des civilisations occidentales. Il cherche à montrer que le mouvement en faveur de la disparition de la religion n'est pas parvenu à annihiler l'aspiration de l'homme à la religiosité et défend une relation équilibrée entre foi et valeurs modernes. ©Electre 2018

23,00 € 21,85 € -5 % avec le retrait en magasin
- 5 % sur les livres avec le retrait en magasin

Profitez du prix le moins cher en choisissant le retrait gratuit en magasin. Le prix se mettra à jour automatiquement lors de la validation de votre commande.

Extrait des conditions générales de vente sur le livre :
Conformément à la nouvelle loi encadrant les conditions de la vente à distance des livres, qui vient compléter la loi du 10 août 1981 sur le prix du livre, l'application d'une remise de 5 % sur les prix des livres n'est désormais possible que dans le cadre d'un retrait dans un point de vente commercialisant des livres. Bénéficiez ainsi de la remise de 5 % sur le prix éditeur et de la livraison gratuite en choisissant de faire livrer votre commande au magasin choisi.
Disponibilité dans nos librairies

En stock, expédié sous 48 h

Je commande exemplaire(s)

Ajouter au panier

Nos modes de livraison...
modes de livraison

Ma sélection Liste cadeaux

Les autres internautes ont aussi commandé dans le rayon «Penseurs chrétiens»

suivant précédent

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

L'auteur met en avant l'importance de l'héritage religieux et philosophique chrétien dans le développement social, politique et économique des civilisations occidentales. Il cherche à montrer que le mouvement en faveur de la disparition de la religion n'est pas parvenu à annihiler l'aspiration de l'homme à la religiosité et défend une relation équilibrée entre foi et valeurs modernes. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

« Il y a bien plus en jeu dans ces débats que des questions ésotériques relatives à l'histoire humaine et aux origines de la conscience. Nous autres, occidentaux modernes, sommes les héritiers d'une longue tradition religieuse et philosophique qui voit la personne humaine comme un être libre et rationnel. De fait, tout le complexe des vues modernes sur les droits de l'homme, les économies libres et la liberté démocratique dépend d'une assertion presque dogmatique selon laquelle, quels que soient les éléments physiques qui nous constituent, nous sommes quelque chose de plus, et de totalement différent que la chaîne continue de causes nécessaires que nous observons dans la nature. Cela est si profondément enraciné en nous qu'il est même difficile à un occidental de croire que la notion du libre arbitre n'existait pas jusqu'à ce qu'elle ait émergé sous des auspices chrétiennes avec St. Augustin au quatrième siècle. Il a fallu plus de mille ans pour que l'on prenne pleinement conscience de ce que cette compréhension de la personne humaine signifie pour l'organisation sociale. Et même alors il n'était pas encore clair que la liberté fut à la hauteur de la tâche ».
Robert Royal

Les humanistes laïques et autres « progressistes » ont prédit la fin de la religion tout au long des 250 dernières années. Mais ils ont toujours dû affronter un problème : ceux qui étaient censés être libérés par l'évangile laïque affirmant que « Dieu est mort » n'en étaient pas fort preneurs. Mis à part certaines parties de l'Europe occidentale et dans des pays qui ont été culturellement détruits par le communisme, il n'y a pas eu une telle « sécularisation » au sens radical du terme.

Le mouvement en faveur d'une « irréligion progressive » n'est donc pas parvenu à supprimer la tendance religieuse de l'homme ; néanmoins, Robert Royal pense que cette orientation a favorisé l'ignorance du rôle central de la religion dans le
développement de l'Occident. Dans Le Dieu qui n'a pas échoué, Royal propose une lecture originale de la religion dans la Grèce et la Rome antiques, dans le christianisme et le judaïsme, au Moyen Age, à la Renaissance et à la Réforme, dans les différentes sortes de Lumières qui se sont présentées dans l'histoire - avec en point culminant une fine évaluation de notre
époque postmodeme.

Puisque la religion constitue une dimension permanente de la nature humaine, et du caractère particulier de l'Occident, Royal en conclut que nos efforts ne devraient pas servir une chimérique tentative pour nier l'indéniable ; au contraire il vaudrait mieux promouvoir une relation équilibrée et dynamique entre la foi, la raison et les libertés modernes.

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Relié sous jaquette

Page :
354p

Format :
22x14cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
2-36355-022-6

EAN13 :
9782363550224