COVID-19 : SUSPENSION DES EXPEDITIONS JUSQU'AU 15 AVRIL MINIMUM

univers suivant univers précédent
Si le droit m'était conté

Si le droit m'était conté

Dalloz ,
Campus , (octobre 2019)

Résumé

A travers huit récits exploitant toutes les variétés du conte juridique (fable historique, fiction animalière ou encore dystopie), l'auteur aborde la question de la norme. Parmi les sujets abordés figurent les procès d'animaux en Occident, l'utilité du droit ou encore le jugement dernier. ©Electre 2020

Du même auteur

suivant précédent

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

A travers huit récits exploitant toutes les variétés du conte juridique (fable historique, fiction animalière ou encore dystopie), l'auteur aborde la question de la norme. Parmi les sujets abordés figurent les procès d'animaux en Occident, l'utilité du droit ou encore le jugement dernier. ©Electre 2020

Quatrième de couverture

Si le droit m'était conté

Il était une fois le droit

Faire du droit en racontant des histoires, tel est le pari de ce livre qui exploite toutes les variétés du conte juridique : la fable historique et la fiction animalière, le récit de science fiction et le reportage réaliste, la spéculation onirique et la nouvelle fantastique, le conte philosophique, la dystopie, et même la fantaisie théologique.

Huit récits qui font réfléchir à la norme en posant d'étranges questions.

¤ Faut-il du droit dans l'arche de Noé ?

¤ Que révèlent les procès d'animaux que l'Occident a instruits jusqu'à la Révolution française ?

¤ Tuer son propre clone, de surcroît équipé d'une intelligence artificielle, est-ce un meurtre ou la destruction d'une entité non humaine ?

¤ À quoi sert le droit ? Le récit du naufrage de l'Amoco Cadix donne une réponse crue et contrastée à cette question.

¤ Se pourrait-il que, parfois, la réalité dépasse la fiction ? La dénaturation du droit dans une grande démocratie contemporaine le donne à penser. Une dystopie prend forme quand, fasciné par son président Selfidor et sa devise Jamais deux sans moi, le peuple en vient à oublier le droit.

¤ Quel livre tout juriste devrait-il emporter avec lui sur une île déserte ? Et si c'étaient les îles elles-mêmes qui parlaient de justice ?

¤ Où conduisent les passages dérobés que recèle le majestueux Palais de justice ? Et de quelle justice nous parlent ses doubles-fonds ?

¤ Le jugement dernier présente-t-il les garanties élémentaires du procès équitable ? L'avocat pro deo et l'avocat du diable en débattent.

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Broché

Page :
211p

Format :
21x15cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
2-247-19104-5

EAN13 :
9782247191048