Vos frais de port à un centime à partir de 49€

univers suivant univers précédent
L'idée de loi au XVIIIe siècle dans la pensée des juristes français (1715-1789)

L'idée de loi au XVIIIe siècle dans la pensée des juristes français (1715-1789)

Eric Gojosso

Université de Poitiers, Presses universitaires juridiques de Poitiers ,
collection Collection de la Faculté de droit et des sciences sociales de Poitiers, n° 61. Thèse , (juillet 2014)

Résumé

S’intéressant à la source du droit, les juristes du XVIIIe siècle reprennent la distinction entre loi naturelle et loi positive et, en acteurs de la laïcisation de l'ordre juridique, ils développent principalement cette dernière. Celle-ci s'affirme d’abord comme expression de la volonté royale, puis de la volonté générale, faisant le lien entre l'individu et la nation. ©Electre 2021

42,00 € 39,90 € -5 % avec le retrait en magasin
- 5 % sur les livres avec le retrait en magasin

Profitez du prix le moins cher en choisissant le retrait gratuit en magasin. Le prix se mettra à jour automatiquement lors de la validation de votre commande.

Extrait des conditions générales de vente sur le livre :
Conformément à la nouvelle loi encadrant les conditions de la vente à distance des livres, qui vient compléter la loi du 10 août 1981 sur le prix du livre, l'application d'une remise de 5 % sur les prix des livres n'est désormais possible que dans le cadre d'un retrait dans un point de vente commercialisant des livres. Bénéficiez ainsi de la remise de 5 % sur le prix éditeur et de la livraison gratuite en choisissant de faire livrer votre commande au magasin choisi.
Voir disponibilités en librairies

À commander, actuellement expédié sous 8 j env.

Je commande exemplaire(s)

Ajouter au panier

Nos modes de livraison...
modes de livraison

Ma sélection Liste cadeaux

Les autres internautes ont aussi commandé dans le rayon «En cours de classement sociologie»

suivant précédent

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

S’intéressant à la source du droit, les juristes du XVIIIe siècle reprennent la distinction entre loi naturelle et loi positive et, en acteurs de la laïcisation de l'ordre juridique, ils développent principalement cette dernière.
Celle-ci s'affirme d’abord comme expression de la volonté royale, puis de la volonté générale, faisant le lien entre l'individu et la nation. ©Electre 2021

Quatrième de couverture

Présentation en français


L'idée de loi au XVIIIe siècle dans la pensée des juristes français (1715-1789)

Aussi nommés hommes de loi, les juristes se sont naturellement passionnés pour cette source du droit au XVIIIe siècle, prenant part aux débats juridiques et politiques de ce siècle nomophile. S'ils reprennent la traditionnelle distinction entre loi naturelle et loi positive, c'est principalement cette dernière qu'ils développent, étant ici les témoins et les acteurs de la laïcisation et de la rationalisation de l'ordre juridique. Atteinte dans son fondement divin, la loi naturelle perd de son aura paradigmatique ; la raison humaine suffit à en percevoir le contenu et à établir la loi positive. Celle-ci s'affirme face aux autres sources du droit comme expression privilégiée de la volonté royale et comme moyen de l'unification du droit face à un pluralisme juridique de plus en plus contesté mais néanmoins persistant. Cependant, face à la peur du despotisme qui saisit le siècle, et tout particulièrement sa seconde moitié, la volonté royale, dénoncée dans ses possibilités d'arbitraire, est redoutée. Son expression, la loi, est alors mise sous tutelle, certains juristes oeuvrant pour l'instauration d'un contrôle juridictionnel de la conformité de celle-ci à des normes de référence conçues extensivement. L'avènement de la nation, nouvel acteur politique vivifié par les appels aux États généraux, vient renouveler le débat. Revendiquant la souveraineté, elle se voit confier la puissance législative et la loi, désormais conçue comme l'expression de la volonté générale faisant le lien entre l'individu et
la nation, trace la voie de l'émancipation du peuple. La Révolution française concrétise ces différents acquis théoriques, ouvrant à la loi les portes d'un long règne.


Présentation en anglais


So called men of law, jurists had a natural passion for this source of law in the eighteenth century, taking part irt the légal and political debate of this century. If they used the traditional distinction between natural law and positive law, they mainly developed the latter, being the witnesses and the actors of the secularization and the rationalization of the légal order. Criticized for its divine foundation, the natural law lost its paradigmatic aura ; human reason was enough to understand it and
to establish the positive law. The latter asserted itselfon the face ofthe other sources oflaw as the expression of the royal will and as the means of the légal system unification against a controversial légal pluralism which was nevertheless persistent. However, as despotism struck this century, and especially the second half, the royal will was feared because of possible arbitrariness. The law, as its expression, should be placed under supervision. Some jurists thus worked for the instauration of a
judicial review of law conformity with extensively considered reference standards. The emergence of the nation, new political actor invigorated by the States General being called, renewed the debate. The nation claimed sovereignty and received législative power, an the law, from now on conceived as the expression of the général will that connected individuals and the nation, led the way to French people's émancipation. The French Révolution carried out these various theoretical progresses
and opened the door to a long reign for the law.

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Broché

Page :
779p

Format :
24x16cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
979-10-90426-38-2

EAN13 :
9791090426382