Vos frais de port à un centime pendant le confinement* !

univers suivant univers précédent
L'invention du moi

L'invention du moi

PUF ,
collection Chaire Etienne Gilson , (mai 2010)

Résumé

Cette étude montre que Descartes et Pascal furent les premiers au XVIIe siècle à parler du "moi", et met en perspective les enjeux philosophiques de cette invention. ©Electre 2020

24,50 € 23,28 € -5 % avec le retrait en magasin
- 5 % sur les livres avec le retrait en magasin

Profitez du prix le moins cher en choisissant le retrait gratuit en magasin. Le prix se mettra à jour automatiquement lors de la validation de votre commande.

Extrait des conditions générales de vente sur le livre :
Conformément à la nouvelle loi encadrant les conditions de la vente à distance des livres, qui vient compléter la loi du 10 août 1981 sur le prix du livre, l'application d'une remise de 5 % sur les prix des livres n'est désormais possible que dans le cadre d'un retrait dans un point de vente commercialisant des livres. Bénéficiez ainsi de la remise de 5 % sur le prix éditeur et de la livraison gratuite en choisissant de faire livrer votre commande au magasin choisi.
Voir disponibilités en librairies

À commander, actuellement expédié sous 8 j env.

Je commande exemplaire(s)

Ajouter au panier

Nos modes de livraison...
modes de livraison

Ma sélection Liste cadeaux

Du même auteur

suivant précédent

Les autres internautes ont aussi commandé dans le rayon «Philosophie contemporaine : auteurs ...»

suivant précédent

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

Cette étude montre que Descartes et Pascal furent les premiers au XVIIe siècle à parler du "moi", et met en perspective les enjeux philosophiques de cette invention. ©Electre 2020

Quatrième de couverture

Préalable à toute histoire du sujet que l'on prétendrait mener
sur la longue durée, la présente enquête part d'un fait textuel :
l'invention de la substantivation «le moi» par Pascal, qui lui-même
prend acte de l'expression cartésienne inédite d'ego ille.

Le moi n'est pas un donné premier et intemporel, mais résulte du
doute porté à son point extrême - c'est pourquoi l'Antiquité et
le Moyen Âge l'ont ignoré. Aussi notre enquête ne s'inscrit-elle
pas dans la continuité des études sur les commentaires du De
Anima. Elle ne se confond pas davantage avec celles des origines
de la subjectivité puisque, avant même d'être déterminé comme
sujet, c'est-à-dire comme fondement, le moi est obtenu par le travail
de ce que Husserl appelle réduction phénoménologique.

Le moi n'est donc identifiable ni à l'âme, ni à l'entendement, ni
à la conscience, ni à l'individu, ni à la personne, ni même au soi.
Et ce n'est qu'en le distinguant de tous ces avatars que l'on pourra
répondre à l'interrogation de Husserl : «Que peut-on entreprendre,
dans une perspective philosophique, avec l'ego ?»

Ce livre analyse ce qui permet l'invention du moi, aussitôt occultée
par l'individu de Leibniz ou le soi de Locke, et met en lumière ce
qu'elle inaugure : car la première question posée au moi, par
Pascal comme par Descartes, n'est pas celle de savoir ce qu'il est
mais celle, existentielle, de savoir qui il est.

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Broché

Page :
323p

Format :
22x15cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
2-13-057851-9

EAN13 :
9782130578512