COVID-19 : SUSPENSION DES EXPEDITIONS JUSQU'AU 15 AVRIL MINIMUM

univers suivant univers précédent
La mort : essai sur la finitude

La mort : essai sur la finitude

PUF ,
collection Epiméthée , (septembre 2007)

Résumé

Réflexion sur la mort et la finitude dans la tradition philosophique occidentale, et analyse des tentatives métaphysiques, religieuses et philosophiques de déploiement d'un au-delà de la mort. ©Electre 2020

Du même auteur

suivant précédent

Les autres internautes ont aussi commandé dans le rayon « Phénoménologie, herméneutique : auteurs»

suivant précédent

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

Réflexion sur la mort et la finitude dans la tradition philosophique occidentale, et analyse des tentatives métaphysiques, religieuses et philosophiques de déploiement d'un au-delà de la mort. ©Electre 2020

Quatrième de couverture

L'homme sait qu'il doit mourir et l'on s'accorde habituellement à
voir dans ce savoir de sa propre mortalité un des caractères
essentiels de l'humanité, à côté du langage, de la pensée et du rire.

Or les religions, les métaphysiques, la culture humaine tout entière
se sont donné pour programme de vaincre la mort. Et la philosophie
occidentale, de Platon à Hegel, a à son tour affirmé que c'est
dans l'exercice même de la pensée que la mort et la finitude se
voient surmontées.

On se propose ici, dans un premier temps, d'analyser ces tentatives
métaphysiques, religieuses et philosophiques de déploiement d'un
au-delà de la mort, pour entreprendre ensuite de montrer qu'il est
pourtant possible d'entretenir un rapport à la mort qui ne soit ni
une manière de «s'y apprivoiser», comme le dit Montaigne, ni une
manière de l'esquiver.

C'est en prenant appui sur l'analyse de l'être pour la mort que propose
Heidegger qu'on tente alors de faire apparaître qu'il existe un
autre discours sur la mort qui exige comme sa condition de possibilité
une libre assomption de la finitude de l'existence humaine.

Une telle conception de la finitude, qui n'est plus adossée à
l'infinitude d'un être hors la mort et hors temps du divin, reconduit
l'être humain à sa facticité originaire, c'est-à-dire à son caractère
proprement terrestre, temporel et corporel. Une telle pensée de
la mortalité comme finitude constitutive de l'ouverture au monde
est en même temps une pensée de la naissance comme capacité
finie d'avoir un monde, le mourir étant ici la condition du naître et
la mort celle de la vie.

Ce qui nous est alors révélé, c'est que c'est dans la joie et le rire
que, paradoxalement, nous entretenons le rapport le plus authentique
à notre propre mortalité.

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Broché

Page :
202p

Format :
22x15cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
2-13-055688-4

EAN13 :
9782130556886