Commandez dès maintenant vos aubes et profitez de nos tarifs imbattables !

univers suivant univers précédent
Je ne pense plus voyager : la mort de Charles de Foucauld : récit

Je ne pense plus voyager : la mort de Charles de Foucauld : récit

Gallimard ,
collection Blanche , (mars 2016)

L'avis de La Procure

L'auteur retraçant les derniers jours de la vie de Charles de Foucauld, c'est l'envoûtement du nord de l'Afrique mêlé au mystère d'un homme qui ressurgit et nous fascine à nouveau. Et l'on comprend au fil des pages combien le destin de cet homme fut intimement lié aux peuples de cette terre et combien sa radicalité spirituelle fut nourrie de chaque grain de sable qui fit son tombeau. Un texte âpre qui met merveilleusement en lumière la quête de toute une vie.

Ce qu'on en pense en une minute

Recommandé par :
Esprit des Lettres

Du même auteur

suivant précédent

Les autres internautes ont aussi commandé dans le rayon «Charles de Foucauld»

suivant précédent

Avis des internautes (1 avis)

2

J'ai dévoré l'ouvrage, fasciné par cette quête spirituelle intrigante, mais...

Bonsoir,
Belle réflexion philosophique et spirituelle autour de ce personnage hors du commun que fut C.de Foucauld. Et cependant, un terrible doute m'assaille à la lecture des pages relatives à la Trappe de ND des Neiges. Doute partagé par les religieux du monastère, avec lesquels j'ai pu m'entretenir et par les visiteurs et les lecteurs documentés...
Aux pages 120 à 124, pour qui connaît les lieux, on est saisi par leur présentation fantaisiste et erronée : la Trappe, "à peu de distance de l'Auberge rouge", à laquelle on accède par St Laurent-les-Bains, où "des femmes à l'air gitan se retrouvent depuis des siècles autour de la source chaude"(sic), la Trappe, "au pied du plateau du Gévaudan (sic), celui de la Bête, qui ressemble au hoggar (sic). L'auteur décrit une chapelle comme datant de l'époque de Foucauld, alors que l'édifice a été construit en 2006. La boutique vendant "d'excellents saucissons du cru et d'inquiétants livres pieux"n'a rien à voir avec la réalité. Le travail de Foucault à la vigne (sic) alors que celle-ci se trouvait dans le Gard (les foudres du monastère assurant la vinification) témoigne d'une méconnaissance crasse... En réalité, on accède communément à la Trappe par La Bastide. On n'est pas au pied du plateau du Gévaudan, mais en pleine montagne ardéchoise boisée, en limite des Cévennes. Et le doute s'étend aux autres descriptions de lieux, fissure la construction intellectuelle du livre. Aïe, aïe, aïe... Quel malheur !

Pierre Clavel, le 10-11-2016.     Signaler un abus

Voir plus d'avis

Résumé

Les derniers jours de la vie de Charles de Foucauld évoqués à la lumière d'éléments nouveaux trouvés sur Madani, complice de son meurtre, et sur le capitaine Florimont qui l'interrogea, trois décennies après les faits. L'auteur revient sur le dénuement dans lequel ce personnage abandonné par l'institution religieuse a terminé sa vie dans le désert et sur la radicalité de son parcours. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Je ne pense plus voyager

Prenant comme point de départ des éléments nouveaux découverts sur Madani, complice de l'assassinat de Charles de Foucauld (1858-1916), et sur un certain commandant Florimond, qui l'interrogea trente ans après les faits, François Sureau tente de relire l'itinéraire de Charles de Foucauld à la lumière du dénuement extrême dans lequel il a choisi de finir ses jours au milieu du désert.

Tout entier abandonné à Dieu, n'ayant converti personne, lâché par l'institution religieuse à la fin de sa vie - c'est la radicalité de Foucauld qui intéresse François Sureau. Radicalité de cet homme qui a grandi dans une famille où dépression et foüe de ses parents marquèrent profondément son enfance. Radicalité de sa vie de noceur et d'officier, qui s'oppose à l'extrême pauvreté de ses derniers jours. Radicalité de ce religieux qui s'intéresse aux tribus d'Afrique du Nord, en recueille les poèmes et la langue, quand les colons ne les considèrent que comme des ennemis. Radicalité encore de celui qui voyagea en Afrique du Nord dans un déguisement de rabbin. Radicalité enfin de sa lecture des évangiles, dont il retient la figure de Jésus, parfait anonyme à Nazareth, qui travaille de ses mains et ne prêche pas encore.

Après Inigo et Le chemin des morts, François Sureau signe un nouveau récit de vie, où échecs, creux et manques valent plus que hauts faits et triomphes.

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Broché

Page :
153p

Format :
21x14cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
2-07-017917-6

EAN13 :
9782070179176