Vos frais de port à un centime à partir de 49€

univers suivant univers précédent
La politique : la politique considérée comme souci. Suivi de Ce qu'il nous reste

La politique : la politique considérée comme souci. Suivi de Ce qu'il nous reste

les Provinciales , (juin 2014)

Résumé

Initialement paru en 1948, cet essai décrit les liens de filiation et la force de l'influence du père sur les choix de vie qui mènent à l'action sociale et politique. P. Boutang fait référence notamment à C. Péguy, E. Lévinas, mais aussi à la Révolution française ou à la colonisation. ©Electre 2021

15,00 € 14,25 € -5 % avec le retrait en magasin
- 5 % sur les livres avec le retrait en magasin

Profitez du prix le moins cher en choisissant le retrait gratuit en magasin. Le prix se mettra à jour automatiquement lors de la validation de votre commande.

Extrait des conditions générales de vente sur le livre :
Conformément à la nouvelle loi encadrant les conditions de la vente à distance des livres, qui vient compléter la loi du 10 août 1981 sur le prix du livre, l'application d'une remise de 5 % sur les prix des livres n'est désormais possible que dans le cadre d'un retrait dans un point de vente commercialisant des livres. Bénéficiez ainsi de la remise de 5 % sur le prix éditeur et de la livraison gratuite en choisissant de faire livrer votre commande au magasin choisi.
Voir disponibilités en librairies

En stock, expédié sous 48 h

Je commande exemplaire(s)

Ajouter au panier

Nos modes de livraison...
modes de livraison

Ma sélection Liste cadeaux

Du même auteur

suivant précédent

Les autres internautes ont aussi commandé dans le rayon «Philosophie contemporaine : auteurs ...»

suivant précédent

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

Initialement paru en 1948, cet essai décrit les liens de filiation et la force de l'influence du père sur les choix de vie qui mènent à l'action sociale et politique. P. Boutang fait référence notamment à C. Péguy, E. Lévinas, mais aussi à la Révolution française ou à la colonisation. ©Electre 2021

Quatrième de couverture

L'existence d'un homme dont je dépendais,
qui me donnait le nom qu'il avait reçu, qui
créait dans la relation à moi une situation
irréductible, était l'inépuisable matière de ma
première réflexion. Cela était ainsi, il était mon
père, c'était un «fait». Mais ce fait était
originel, il était plus spirituel que l'esprit, il
absorbait, pour ainsi dire, l'esprit, et remplissait
la solitude. Il créait une «puissance» légitime
que rien ne pouvait me faire contester.

Sans doute, les tristes abstractions dont la
société libérale et bourgeoise, autour de 1928,
continuait à se mystifier elle-même, pouvaient
être facilement rejetées. J'étais boursier dans
un lycée de province, et je savais par contact,
quelle dérision c'était que l'égalité humaine
proclamée par cette société. Je pense que les
garçons de mon âge et de ma condition, si
la crise française avait été aussi aiguë que la
crise allemande, et s'ils avaient rencontré un
message analogue à celui de Hitler, auraient
été assez facilement «nationaux-socialistes»
et auraient renié toutes les lois non écrites,
dans le saccage des valeurs abstraites
superficielles qui coïncidaient avec le
contenu idéal de la «démocratie»...

Pour moi, l'étonnement et l'ivresse devant
les formes particulières, les idées naissant au
contact même des choses étaient un risque
certain. Elles créaient une indifférence
morale complète, et m'absorbaient dans la
particularité. Les préceptes, par eux-mêmes,
auraient été sans force contre un mouvement
toujours plus ivre de connaissance.

C'est l'autorité de mon père (le fait
qu'il reconnaissait les lois non écrites),
qui me maintint au moins théoriquement
dans leur domaine.

Pierre Boutang

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Broché

Page :
158p

Format :
20x15cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
2-912833-34-5

EAN13 :
9782912833341