Vos frais de port à 1 centime à partir de 49 euros d'achats* !

univers suivant univers précédent
Les ponts de Paris

Les ponts de Paris

Claude Boissy

Aedis ,
collection Petit guide, n° 353 , (juin 2013)

Résumé

D'Est en Ouest, une présentation des 35 ponts sur la Seine de Paris : pont national, viaduc d'Austerlitz, pont d'Arcole, passerelle Debilly, pont du Garigliano, etc. ©Electre 2020

3,50 € 3,33 € -5 % avec le retrait en magasin
- 5 % sur les livres avec le retrait en magasin

Profitez du prix le moins cher en choisissant le retrait gratuit en magasin. Le prix se mettra à jour automatiquement lors de la validation de votre commande.

Extrait des conditions générales de vente sur le livre :
Conformément à la nouvelle loi encadrant les conditions de la vente à distance des livres, qui vient compléter la loi du 10 août 1981 sur le prix du livre, l'application d'une remise de 5 % sur les prix des livres n'est désormais possible que dans le cadre d'un retrait dans un point de vente commercialisant des livres. Bénéficiez ainsi de la remise de 5 % sur le prix éditeur et de la livraison gratuite en choisissant de faire livrer votre commande au magasin choisi.
Voir disponibilités en librairies

À commander, actuellement expédié sous 8 j env.

Je commande exemplaire(s)

Ajouter au panier

Nos modes de livraison...
modes de livraison

Ma sélection Liste cadeaux

Du même auteur

suivant précédent

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

D'Est en Ouest, une présentation des 35 ponts sur la Seine de Paris : pont national, viaduc d'Austerlitz, pont d'Arcole, passerelle Debilly, pont du Garigliano, etc. ©Electre 2020

Quatrième de couverture

L'origine des premiers ponts sur la Seine à Paris remonte à l'Antiquité, lorsque, à partir de 250 av. J.-C., la tribu gauloise des Parisii occupe l'île
de la Cité. Deux passerelles en bois étaient alors installées de part et d'autre de ses rives afin de relier l'île à la terre alentour, riche en gibiers.

À partir de - 52, sous l'occupation romaine, les Parisii continuèrent d'occuper l'île tandis que les Romains bâtirent Lutèce sur la rive gauche,
la rive droite étant considérée trop marécageuse (d'où l'origine du nom donné plus tard au quartier du Marais). Les passerelles furent alors
remplacées par des ponts de bois sur pilotis, lesquels prolongeaient le cardo maximus, axe romain nord-sud qui traversait l'île et conduisait,
au sud, vers les thermes de Cluny par l'actuelle rue Saint-Jacques et, au nord, sur la rive droite par l'actuelle rue Saint-Martin. Ces deux
ponts avaient été baptisés Petit-Pont (pour celui qui enjambait le bras de la Seine le plus étroit, rive gauche) et Grand-Pont (sur le grand
bras de la Seine, rive droite). Au fil des siècles, petit et grand ponts furent plusieurs fois détruits et reconstruits, de crues de la Seine en
incendies ou invasions. En 886, par exemple, afin de protéger l'île de l'attaque des Normands, Charles le Chauve fit remplacer le Grand-Pont
par une passerelle dite les planches de Milbray (contraction de emmi le brai signifiant au milieu du marais), dispositif permettant de
retirer les planches lors de toute tentative de conquête.

Ce n'est qu'en 1378 qu'un troisième pont est bâti sur l'île de la Cité, le
pont Saint-Michel, premier à être construit en pierre et loti de maisons sur
toute sa longueur, comme le furent longtemps tous les autres ponts.

Deux siècles plus tard, en 1578, le roi Henri III pose la première pierre du
premier pont construit sans habitations, le pont Neuf, dénommé précisément
ainsi parce qu'il rompait avec la tradition précédente des ponts habités
et donnait davantage place aux piétons en leur offrant des trottoirs
pour les protéger des chevaux et de la boue. Il fut aussi le premier pont de
pierre à traverser la Seine dans sa totalité.

À partir du XVIIe siècle, avec l'avènement de leur dynastie, les Bourbons
vont mener une ambitieuse politique de grands travaux. Le premier d'entre
eux, Henri IV, entame l'urbanisation de l'île Saint-Louis, jusqu'alors restée
un lieu de pâturage. À sa suite, Louis XIII la dotera de ses premiers
ponts : le pont Marie, celui de la Tournelle ainsi qu'une liaison avec l'île de
la Cité (futur pont Saint-Louis). Louis XIV, à son tour, fera édifier le pont
Royal, puis Louis XVI le pont de la Concorde.

Au XIXe siècle, le Paris impérial apporte sa contribution et les premières structures métalliques font leur apparition. Napoléon Ier est à l'origine
de trois nouvelles constructions sur la Seine (ponts des Arts, d'Austerlitz et d'Iéna) et ordonne la reconstruction en pierre du pont Saint-Louis.
Puis, sous le Second Empire, Paris connaît sa plus spectaculaire métamorphose avec la restructuration voulue par Napoléon III et
menée par le baron Haussmann, préfet de la Seine de 1853 à 1870. Ce sont alors les ponts d'Arcole, des Invalides et de l'Alma qui voient
le jour, tandis que le Petit-Pont et les ponts Louis-Philippe, d'Austerlitz, de Bercy, au Change, Saint-Michel et Notre-Dame sont rebâtis selon
les nouvelles normes haussmanniennes.

La fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle sont marqués par l'ère industrielle et les Expositions universelles qui apportent une modernité
audacieuse aux réalisations architecturales (à l'image de l'emblématique tour Eiffel), mais aussi faste, éclectisme et néoclassicisme. Édifiés
durant cette période, les ponts Alexandre-III, Bir-Hakeim, Rouelle, Mirabeau, ou encore la passerelle Debilly sont exemplaires de cet éclectisme
et du style Beaux-Arts en vogue sous la IIIe République.

Plus près de nous (fin XXe - début XXIe siècle), le pont Charles-de-Gaulle et les passerelles Léopold-Sédar-Senghor et Simone-de-Beauvoir
témoignent du souci d'intégrer l'architecture dans le paysage urbain contemporain.

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Broché

Format :
22x16cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
2-84259-697-8

EAN13 :
9782842596972