Jeunesse d'une ouvrière - Adelheid Popp

Jeunesse d'une ouvrière

Adelheid Popp

les Bons caractères | mars 2016
9,50 €
-5% pour les titulaires de la carte avec le retrait en librairie
LIBRAIRIES PARTICIPANTES
Paris VIᵉ, Paris VIIIᵉ, Paris XVIIᵉ, Paris Vᵉ
Versailles, Pontoise, Lyon 2ᵉ, Lyon 6ᵉ...
Voir les disponibilités en librairie
10,00 €
Disponibilité en ligne
à commander
Expédié sous 8 j

Ce que dit l'éditeur

August Bebel, dirigeant de la IIe Internationale, auteur de La Femme et le socialisme, préfaça, en 1909, la première édition de Jeunesse d'une ouvrière, récit autobiographique d'Adelheid Popp :

«Grâce à une volonté de fer et à un travail acharné pour s'instruire, elle arrive, d'une façon surprenante, à combler les lacunes de son instruction. Elle brise les liens qui la rattachaient à l'Église de son enfance et devient libre penseuse ; remplie autrefois de respect pour la monarchie, elle devient républicaine ; les dures expériences de la vie en font une ardente socialiste et un champion de la lutte pour l'émancipation de tous les prolétaires. Sa vie est un exemple».

Ouvrière et militante socialiste, Adelheid Popp naquit en 1869 dans une famille pauvre, près de Vienne. La mort de son père la contraignit à travailler dès l'âge de treize ans dans une usine de textile.

D'abord catholique convaincue, ouvrière docile, elle s'éveilla lentement à la conscience de classe et aux idées socialistes, au travers de ses lectures et de ses rencontres. Une fois convaincue, elle ne cessa de militer dans la social-démocratie et ses organisations. Oratrice, organisatrice, journaliste, elle parcourut toute l'Autriche, prenant la parole dans des centaines de réunions publiques.

En 1892, elle devint la rédactrice en chef du Journal des Ouvrières, participant à la campagne du Parti social-démocrate pour l'égalité politique des femmes, et pour l'égalité des salaires. Bête noire des autorités, elle fut arrêtée et traduite en justice à de nombreuses reprises.

Pendant cette période féconde où le mouvement ouvrier socialiste se développait, l'activité d'Adelheid Popp ne se borna pas aux luttes des femmes ouvrières ; elle fut l'un des membres dirigeants du mouvement socialiste autrichien et de la IIe internationale, à une époque où les femmes n'avaient encore conquis aucun droit.

Après la Première Guerre mondiale et l'effondrement de la monarchie, elle fut membre du conseil municipal de Vienne, puis élue à l'Assemblée nationale constituante. Elle siégea comme parlementaire au Conseil national jusqu'en 1934. Après février 1934, elle se vit priver de tout travail par les autorités.

Adelheid Popp mourut en mars 1939. En dépit de la terreur que faisaient régner les nazis, ses camarades l'accompagnèrent nombreux lors de ses obsèques.

Résumé

Née en 1869 dans une famille pauvre, près de Vienne, A. Popp fut d'abord ouvrière et militante socialiste. En 1892, elle devint la rédactrice en chef du Journal des ouvrières et une des dirigeantes du mouvement socialiste autrichien. Après guerre, elle siégea au parlement jusqu'en 1934. Ce récit autobiographique fut publié pour la première fois en 1909. ©Electre 2024

Caractéristiques

Auteur(s)
Adelheid Popp (Auteur)
Date de parution
16 mars 2016
Collection(s)
Témoignages
Rayon
Histoire de l'Europe
Contributeur(s)
Mina Valette (Traducteur), August Bebel (Préfacier), Georges Haupt (Préfacier), Karin Konigseder (Editeur scientifique (ou intellectuel))
EAN
9782915727517
Nombre de pages
125 pages
Reliure
Broché
Dimensions
22.0 cm x 14.0 cm x cm
Poids
174 g

Du même auteur : Adelheid Popp