Les guerriers de Dieu : la violence au temps des troubles de religion, vers 1525-vers 1610 - Denis Crouzet

Les guerriers de Dieu : la violence au temps des troubles de religion, vers 1525-vers 1610

Denis Crouzet

Champ Vallon | février 2022
37,05 €
-5% pour les titulaires de la carte avec le retrait en librairie
Disponibilité en librairies
39,00 €
Disponibilité en ligne
En stock
Expédié sous 48 h
 Ajouter à ma liste d'envies

Ce que dit l'éditeur

C'est en se focalisant sur une violence jugée « inouïe » par les contemporains que ce livre entend proposer une explication de la grande cassure religieuse du XVIe siècle français.

Tout aurait commencé vers 1525, quand monte dans le royaume de François Ier une grande angoisse du châtiment divin. Le monde se surenchante prodigieusement : sur terre et au ciel apparaissent des signes prophétiques qui proclament l'imminence de la fin des Temps et la faute d'une humanité qui a oublié Dieu.

Survient le temps des guerriers de Dieu, le temps d'un « Triomphe de la guerre ». Deux imaginaires s'opposent aux lendemains de la mort du roi Henri II. Les huguenots, recourant à une violence désacralisatrice, s'efforcent d'éradiquer les « pollutions » d'une Eglise romaine ennemie du Christ : images et reliques saintes, prêtres... Les violences des papistes sont des violences mystiques qui visent le châtiment de tous ceux qui ont rompu avec Dieu : elles marquent sur les corps des hérétiques les signes effroyables de la colère du Christ accomplissant l'ordre des Temps. Cette histoire, qui, de part et d'autre, est celle d'une quête du pardon divin, culmine en intensité lors de la tragédie de la Saint-Barthélemy.

Pour les guerriers de Dieu, après 1572, s'ouvre le temps d'un « repli » de la violence. Aux protestants survivants, le massacre révèle une situation d'impureté culpabilisante ; aux catholiques, parce que se défait l'illusion d'une alliance retrouvée avec Dieu, il suggère que la France demeure infidèle et corrompue. La faute n'est plus celle des seuls hérétiques, elle est désormais celle de tous. Et l'angoisse prophétique revient en force avec le temps de la Ligue, « sainte union » mystique de préparation pénitentielle à la venue de Dieu et d'intériorisation de la tension d'agression. La violence de sang devient alors comme impossible, surtout après qu'elle semble s'être accomplie, lors du régicide d'août 1589, dans la « force » de Dieu venue en un seul fidèle, le dominicain Jacques Clément.

Au terme de cette dynamique d'expansion et de réduction du désir de violence, s'impose l'ordre d'un roi de la raison : Henri IV se veut le roi pacificateur du royaume parce que son règne va inaugurer la fin du temps des angoisses, le monarque providentiel de toute éternité appelé à agencer sur terre un « bonheur » humain. La véritable « modernité » du XVIe siècle ne serait-elle pas là ?

Résumé

Une analyse de la grande fracture confessionnelle française au XVIe siècle à travers une étude de la violence exercée. L'auteur examine l'implosion de la société qui se brise entre catholiques et protestants et qui voit s'accomplir l'acte extrême du régicide de 1610. ©Electre 2022

Caractéristiques

Auteur(s)
Denis Crouzet (Auteur)
Éditeur(s)
Date de parution
février 2022
Collection(s)
Les classiques de Champ Vallon
Rayon
Guerres de religion
EAN
9791026711117
Reliure
Broché
Dimensions
20.0 cm x 13.0 cm x 6.7 cm
Poids
1442 g