Le voeu de Louis XIII : passé ou avenir de la France ? - René Laurentin

Le voeu de Louis XIII : passé ou avenir de la France ?

René Laurentin

F.-X. de Guibert, Oeil | juillet 2004
21,28 €
-5% pour les titulaires de la carte avec le retrait en librairie
LIBRAIRIES PARTICIPANTES
Paris VIᵉ, Paris VIIIᵉ, Paris XVIIᵉ, Paris Vᵉ
Versailles, Pontoise, Lyon 2ᵉ, Lyon 6ᵉ...
Voir les disponibilités en librairie
22,40 €
Disponibilité en ligne
à commander
Expédié sous 8 j
 Ajouter à ma liste d'envies

Ce que dit l'éditeur

Le «voeu de Louis XIII», qui consacrait la France à Dieu par la Vierge Marie, n'est pas ce qu'on croit. La mémoire populaire l'a mythifié. Elle a confondu la naissance mortelle d'un dauphin, le futur Louis XIV, avec cet événement «immortel», comme disait le roi lui-même. On en ignore la réalité historique et la dimension spirituelle.

Qui en est l'auteur? On a proposé toutes sortes de candidats... pourvu que ce ne soit pas Louis XIII. Ici, la surprise éclate. L'abbé Laurentin a retrouvé la première rédaction du voeu par lequel Louis XIII confie sa personne et son royaume à Dieu par Notre-Dame, daté de 1630.

La diversité des hypothèses témoigne d'un autre fait important: la concertation unanime du peuple, du gouvernement et des mystiques pour une alliance irréversible avec Dieu, par Marie qui L'a lié à notre monde.

Le premier brouillon (également méconnu) du voeu révèle les motivations personnelles et l'expérience chrétienne de Louis XIII.

Cette consécration a beaucoup à nous apprendre. Elle relève le niveau mental de nos discours religieux d'aujourd'hui, si pauvres et si souvent vides de Dieu. Ce n'est pas une consécration «à Marie», mais «à Dieu, rabaissé jusqu'à nous, par Marie élevée jusqu'à Lui».

Ce retour sur «Dieu seul» (théocentrisme) peut être un principe de régénération spirituelle, mais aussi de bien des réconciliations entre les mouvements de consécration, souvent fautifs dans leur langage, et la théologie qui les méprise. Il peut être aussi un facteur de réconciliation oecuménique. Un protestant, l'historien Pierre Chaunu, a tenu à préfacer ce livre.

Ce souvenir porte-t-il un avenir?

À l'heure où la France et l'Église de France sont confrontées de toutes parts, et chacune dans leurs ordres, à des interrogations existentielles pressantes et souvent angoissantes, ce rappel est un appel à la confiance en Dieu. Comme hier, il est le gage avant-coureur de la médiation de Celle dont saint Bernard disait: «Qu'on n'avait jamais entendu dire qu'en vain, sur Elle, on n'ait compté»...

"Je sais ce que vous allez m'objecter. Nul ne conteste le geste de Louis XIII, qu'il engage, à la rigueur, les sujets de l'ancienne France, mais, aujourd'hui, et au-delà? À quoi je répondrai que le geste de Louis XIII engage toujours ceux qui, aujourd'hui, se sentent, par lui, engagés."

Pierre Chaunu

Résumé

Analyse de l'impact et de l'importance du voeu prononcé en février 1638 par Louis XIII, pour confier son royaume à Dieu par la Vierge Marie. Cet ouvrage retrace le cheminement qui a aboutit à la formulation de ce voeu, analyse son impact et son importance au cours des siècles, en dégage la portée actuelle en France et dans d'autres pays ainsi que son avenir. Avec une chronologie. ©Electre 2023

Caractéristiques

Auteur(s)
René Laurentin (Auteur)
Éditeur(s)
Date de parution
juillet 2004
Rayon
Histoire religieuse du XVIIe s.
Contributeur(s)
Pierre Chaunu (Préfacier)
EAN
9782868399335
Nombre de pages
186 pages
Reliure
Broché
Dimensions
20.0 cm x 16.0 cm x 1.7 cm
Poids
325 g
nothumb-auteur.jpg

À propos de l'auteur

René Laurentin

René Laurentin est un prêtre français, exégète, théologien, universitaire, spécialiste de mariologie et en particulier des apparitions mariales. Il a été expert au concile Vatican II. Outre la centaine de livres qu'il a écrits, il a été chroniqueur religieux à La Croix et au Figaro.