Scandale à la cour de Lunéville : l'affaire Alliot (1751-1762) - Marie-José Laperche-Fournel

Scandale à la cour de Lunéville : l'affaire Alliot (1751-1762)

Marie-José Laperche-Fournel

14,25 €
-5% pour les titulaires de la carte avec le retrait en librairie
Disponibilité en librairies
15,00 €
Disponibilité en ligne
à commander
Expédié sous 8 j
 Ajouter à ma liste d'envies

Ce que dit l'éditeur

Histoire du Droit

Le 16 février 1751, à Lunéville, Marie-Louise Alliot fille de l'intendant de Stanislas, épouse en grande pompe un jeune conseiller à la Cour souveraine de Lorraine et Barrois, Charles-François-Xavier Henry de Pont. Les entourent, dans la Robe, la Finance et l'Épée, leurs parents, leurs alliés. Pourtant le jour de la célébration, la mariée est en pleurs, sans mouvement et sans vie. Le soir de la cérémonie, portée au lit de force, elle jette des cris perçants à la vue de la couche apprêtée. Le mariage cette nuit-là, faut-il le préciser, n'est pas consommé ;

il ne le sera pas davantage dans les mois, ni les années qui suivent. L'affaire Alliot commence... Dix ans plus tard le procès en nullité de mariage intenté par le chevalier de Pont et sa femme, qui n'ont l'un pour l'autre qu'une aversion profonde, devient un fait divers qui défraye, en Lorraine, la chronique mondaine. Entre temps la fille du conseiller aulique n'est-elle pas devenue la maîtresse officielle de Ferdinand-Jérôme de Beauvau, fils du prince de Craon et frère de la favorite en titre, la marquise de Boufflers ?

Procès retentissant aux rebondissements les plus extravagants, l'affaire Alliot, pendant plus de deux ans, va mettre en branle le tribunal de l'official à Toul, la Cour souveraine de Lorraine, le Châtelet et le Parlement de Paris. Connu à travers les sources judiciaires et mémoires d'avocats, ce procès permet de pénétrer le monde clos des grandes familles, livre les stratégies des lignages et surtout révèle un père très absolu dans sa famille, sacrifiant sans pitié la liberté de ses enfants aux intérêts supérieurs du lignage. François-Antoine Alliot, l'intendant du palais, serviteur probe, intègre et laborieux, est aussi un père très excessif, autoritaire et rigide à l'excès ; Marie-Louise en éprouvera toutes les rigueurs et son jeune frère, déporté à la Désirade, en épuisera toutes les cruautés. Parfaite illustration des abus criants du pouvoir paternel - le triomphe de l'absolutisme s'est accompagné du renforcement des pouvoirs des pères sur leur progéniture - il est déjà, en ce milieu XVIIIe siècle, un modèle archaïque ; dès la seconde moitié du siècle, le débat se nourrit des idées des Lumières ; les aspirations individuelles commencent à l'emporter sur les impératifs familiaux ; philosophes et magistrats dénoncent l'arbitraire qu'il soit royal ou familial.

Traditionnellement la sphère familiale est identifiée au privé, mais cellule de base de toute société, elle est une institution trop sérieuse pour être laissée à l'anarchie des comportements individuels. Aussi l'État, l'Église, comme le révèle l'affaire, ont-ils volontiers prêté main forte au chef de famille, fut-il comme Alliot un père intraitable, parfaite illustration de la tyrannie paternelle. A ce titre, le fait divers est bien un fait d'histoire qui dévoile le fonctionnement d'une société, ses systèmes de valeurs, ses représentations et révèle, au-delà du cas particulier des deux héros involontaires de cette scandaleuse affaire, bien des traits collectifs d'une société en mutation.

Résumé

Evocation du procès en nullité de mariage opposant le seigneur de Pont, conseiller à la Cour de Lorraine, à sa femme Marie-Louise Alliot après dix ans de mariage lorsque sa femme accouche d'un enfant né hors mariage. Ce procès et les documents judiciaires qui lui sont attachés révèlent les stratégies des lignages, leur morale familiale et leurs représentations. ©Electre 2022

Caractéristiques

Auteur(s)
Date de parution
août 2008
Rayon
XVIIIe siècle, lumières : généralités
EAN
9782864809074
Nombre de pages
163 pages
Reliure
Broché
Dimensions
24.0 cm x 16.0 cm x cm
Poids
276 g