COVID-19 : SUSPENSION DES EXPEDITIONS JUSQU'AU 15 AVRIL MINIMUM

univers suivant univers précédent
La révolte des premiers de la classe : métiers à la con, quête de sens & reconversions urbaines

La révolte des premiers de la classe : métiers à la con, quête de sens & reconversions urbaines

J'ai lu ,
collection J'ai lu, n° 12714. Littérature générale. Document , (août 2019)

Résumé

L'auteur analyse les mutations des catégories socio-professionnelles supérieures urbaines. Il démontre que les cadres cantonnés à des postes inintéressants, selon le concept de bullshit jobs, démissionnent pour retrouver du sens dans les métiers de l'artisanat ou de la vente (boulangers, brasseurs, bistrotiers, etc.). La naissance d'une nouvelle bourgeoisie de proximité est ainsi évoquée. ©Electre 2020

Du même auteur

suivant précédent

Les autres internautes ont aussi commandé dans le rayon «Sociologie du travail, organisations»

suivant précédent

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

L'auteur analyse les mutations des catégories socio-professionnelles supérieures urbaines. Il démontre que les cadres cantonnés à des postes inintéressants, selon le concept de bullshit jobs, démissionnent pour retrouver du sens dans les métiers de l'artisanat ou de la vente (boulangers, brasseurs, bistrotiers, etc.). La naissance d'une nouvelle bourgeoisie de proximité est ainsi évoquée. ©Electre 2020

Quatrième de couverture

La révolte des premiers de la classe

Vous avez fait des études mais vous vous ennuyez au travail ? Vous vous sentez inutile ? Rassurez-vous, vous n'êtes pas seul. Ceux qu'on appelle encore les « cadres et professions intellectuelles supérieures » n'encadrent plus personne, d'ailleurs ils n'utilisent plus vraiment leur cerveau et sont menacés par le déclassement social. Chez ces anciens premiers de la classe en quête de sens, la révolte gronde et les défections pleuvent.

Vous les retrouverez à la tête de commerces urbains : boulangers, fromagers, restaurateurs ou brasseurs, derrière leur comptoir, les deux mains dans le concret. Redessinant ainsi nos villes, notre consommation mais aussi notre vision du succès, ces nouveaux entrepreneurs marquent peut-être le renversement des critères du prestige.

Alors, faut-il vraiment passer un CAP cuisine après un bac +5 ?

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Broché

Page :
189p

Format :
18x11cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
2-290-16419-4

EAN13 :
9782290164198