COVID-19 : SUSPENSION DES EXPEDITIONS JUSQU'AU 15 AVRIL MINIMUM

univers suivant univers précédent
Richesse franciscaine : de la pauvreté volontaire à la société de marché

Richesse franciscaine : de la pauvreté volontaire à la société de marché

Nathalie Gailius, Roberto Nigro

Verdier ,
collection Verdier poche , (septembre 2008)

Résumé

Etude montrant que la réflexion menée par les franciscains depuis le XIIIe siècle sur la pauvreté, la circulation de l'argent, la formation des prix, le contrat et les règles du marché, est à l'origine, avant même l'éthique protestante étudiée par Max Weber, de la théorie économique européenne et plus particulièrement de l'économie politique. ©Electre 2020

Du même auteur

suivant précédent

Les autres internautes ont aussi commandé dans le rayon «Franciscains»

suivant précédent

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

Etude montrant que la réflexion menée par les franciscains depuis le XIIIe siècle sur la pauvreté, la circulation de l'argent, la formation des prix, le contrat et les règles du marché, est à l'origine, avant même l'éthique protestante étudiée par Max Weber, de la théorie économique européenne et plus particulièrement de l'économie politique. ©Electre 2020

Quatrième de couverture

Richesse Franciscaine. De la pauvreté volontaire à la société de marché

Adeptes d'une pauvreté rigoureuse et évangélique, les franciscains sont paradoxalement amenés, du fait précisément de ce choix « scandaleux », à examiner toutes les formes de la vie économique qui se tiennent entre la pauvreté extrême et la richesse excessive en posant la distinction entre propriété, possession temporaire et usage des biens économiques.

Selon quelles modalités les chrétiens doivent-ils s'approprier l'usage des biens terrestres ? Pour répondre à cette question, les franciscains furent nombreux, depuis le treizième siècle, à écrire sur la circulation de l'argent, la formation des prix, le contrat et les règles du marché.

Dans ce cadre, la figure du marchand actif, qui sait faire fructifier par son travail et son commerce un capital - en soi dépourvu de valeur - s'affirme positivement dans la mesure où elle contribue à la croissance d'un « bonheur citadin ». À l'opposé, la figure du propriétaire foncier, du châtelain, de l'aristocrate qui conserve pour lui-même, thésaurise et ne multiplie pas la richesse apparaît comme stérile et sous un jour négatif.

La réflexion franciscaine est donc à l'origine, avant même l'éthique protestante étudiée par Max Weber, d'une grande partie de la théorie économique européenne et, en particulier, de l'économie politique qui considère que les richesses de ceux qui forment la communauté civile sont une prémisse fondamentale du bien-être collectif.

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Broché

Page :
281p

Format :
18x11cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
2-86432-549-7

EAN13 :
9782864325499