COVID-19 : SUSPENSION DES EXPEDITIONS JUSQU'AU 15 AVRIL MINIMUM

univers suivant univers précédent
Second manifeste pour la philosophie

Second manifeste pour la philosophie

Flammarion ,
collection Champs, n° 957. Essais , (mars 2010)

Résumé

Vingt ans après le "Manifeste pour la philosophie", l'auteur se propose de démoraliser la philosophie, d'inverser le verdict qui la livre à la vacuité de philosophies aussi omniprésentes que serves. Il incite à renouer avec la métaphysique en s'éloignant du scientisme et du moralisme, et en se concentrant sur la question de l'universalité de l'être, du sujet et de la vérité. ©Electre 2020

Du même auteur

suivant précédent

Les autres internautes ont aussi commandé dans le rayon «Badiou Alain»

suivant précédent

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

Vingt ans après le "Manifeste pour la philosophie", l'auteur se propose de démoraliser la philosophie, d'inverser le verdict qui la livre à la vacuité de philosophies aussi omniprésentes que serves. Il incite à renouer avec la métaphysique en s'éloignant du scientisme et du moralisme, et en se concentrant sur la question de l'universalité de l'être, du sujet et de la vérité. ©Electre 2020

Quatrième de couverture

Second manifeste pour la philosophie

Il y a vingt ans, mon premier Manifeste pour la philosophie s'élevait contre l'annonce, partout répandue, de la « fin » de la philosophie. À cette problématique de la fin, je proposais de substituer le mot d'ordre : « un pas de plus ».

La situation a bien changé. Si la philosophie était à l'époque menacée dans son existence, on pourrait soutenir aujourd'hui qu'elle est tout aussi menacée, mais pour une raison inverse : elle est dotée d'une existence artificielle excessive.

Singulièrement en France, la « philosophie » est partout. Elle sert de raison sociale à différents paladins médiatiques. Elle anime des cafés et des officines de remise en forme. Elle a ses magazines et ses gourous. Elle est universellement convoquée, des banques aux grandes commissions d'État, pour dire l'éthique, le droit et le devoir.

Tout le point est que par « philosophie » on entend désormais ce qui en est le plus antique ennemi : la morale conservatrice.

Mon second manifeste tente donc de démoraliser la philosophie, d'inverser le verdict qui la livre à la vacuité de « philosophies » aussi omniprésentes que serves. Il renoue avec ce qui, de quelques vérités éternelles, peut illuminer l'action. Illumination qui porte la philosophie bien au-delà de la figure de l'homme et de ses « droits », bien au-delà de tout moralisme, là où, dans l'éclaircie de l'Idée, la vie devient tout autre chose que la survie.

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Broché

Page :
130p

Format :
18x11cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
2-08-123139-5

EAN13 :
9782081231399