Vos frais de port à 1 centime à partir de 49 euros d'achats* !

univers suivant univers précédent
J'ai tant vu le soleil : essai

J'ai tant vu le soleil : essai

Gallimard ,
collection Blanche , (mars 2020)

Résumé

Dominique, Mocenigo, Bombet, Cotonet, Esprit, William Crocodile, Choppier des Ilets et bien sûr Stendhal, sont quelques-uns des pseudonymes employés par Henri Beyle. A travers cet essai, Emmanuel de Waresquiel exprime son plaisir de raconter l'écrivain. ©Electre 2020

13,00 € 12,35 € -5 % avec le retrait en magasin
- 5 % sur les livres avec le retrait en magasin

Profitez du prix le moins cher en choisissant le retrait gratuit en magasin. Le prix se mettra à jour automatiquement lors de la validation de votre commande.

Extrait des conditions générales de vente sur le livre :
Conformément à la nouvelle loi encadrant les conditions de la vente à distance des livres, qui vient compléter la loi du 10 août 1981 sur le prix du livre, l'application d'une remise de 5 % sur les prix des livres n'est désormais possible que dans le cadre d'un retrait dans un point de vente commercialisant des livres. Bénéficiez ainsi de la remise de 5 % sur le prix éditeur et de la livraison gratuite en choisissant de faire livrer votre commande au magasin choisi.
Voir disponibilités en librairies

En stock, expédié sous 48 h

Je commande exemplaire(s)

Ajouter au panier

Nos modes de livraison...
modes de livraison

Ma sélection Liste cadeaux

Du même auteur

suivant précédent

Les autres internautes ont aussi commandé dans le rayon «Romans français et francophones»

suivant précédent

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

Dominique, Mocenigo, Bombet, Cotonet, Esprit, William Crocodile, Choppier des Ilets et bien sûr Stendhal, sont quelques-uns des pseudonymes employés par Henri Beyle. A travers cet essai, Emmanuel de Waresquiel exprime son plaisir de raconter l'écrivain. ©Electre 2020

Quatrième de couverture

J'ai tant vu le soleil

« De son vivant, personne n'a su exactement quels gens il voyait, quels livres il lisait, quels voyages il faisait. Il se dérobait d'instinct, usait sans cesse de diminutifs, d'acronymes, d'anagrammes, changeait de langue et de nom au point d'en avoir adopté plus de deux cents : Dominique, Mocenigo, Bombet, Cotonet, Esprit, William Crocodile, Choppier des Ilets, le comte de l'Espine, F. de Lagenevais et bien sûr Stendhal, dont il fait son nom de plume en 1817. Tous sont le même Henri Beyle multiplié à l'infini comme le serait l'image déformée d'Orson Welles dans la grande scène finale des miroirs de La Dame de Shanghai. La police de Fouché, le très efficace ministre de Napoléon, n'explique pas tout. Stendhal s'amuse. Il s'invente en facétieux, par jeu, par moquerie peut-être, par pudeur certainement. "Comment m'amuserai-je quand je serai vieux, si je laisse mourir la bougie qui éclaire la lanterne magique ?" »

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Broché

Page :
117p

Format :
21x14cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
2-07-288750-X

EAN13 :
9782072887505