Jacques Perrier

Jacques Perrier

Mgr Jacques Perrier, désormais à la retraite, a, comme évêque de Tarbes et Lourdes, eu l'honneur de recevoir deux papes au sanctuaire marial. Dans sa bibliographie, on trouve des titres de spiritualité, la biographie de l'abbé Stock et deux ouvrages consacrés à Ste Bernadette et à Lourdes.

Mgr Jacques Perrier est né à Paris où il a fait ses études secondaires au lycée Buffon avant une licence et un DEA de lettres classiques à la Sorbonne. Il entre alors au séminaire des Carmes et après une licence de théologie, il est ordonné prêtre en 1964. Ses premières fonctions sont celles d'aumônier d'étudiants : le Cep centre Richelieu, qui regroupe Censier, la Sorbonne, Jussieu. Il commence ensuite un ministère paroissial qui le mène de deux églises du 17è arrondissement à la cure de Notre Dame. Parallèlement, il assure la direction de Radio Notre Dame à sa création, puis la responsabilité de la catéchèse et de la pastorale sacramentelle de l'archidiocèse. Il est nommé évêque coadjuteur de Chartres, qu'il connaît bien pour avoir conduit le pèlerinage étudiant de nombreuses années, en 1990, titulaire l'année suivante. Six ans plus tard, il quitte la Beauce pour Tarbes, là encore coadjuteur d'abord et titulaire un an plus tard. Il y reste jusqu'à sa retraite en 21012. Il aura reçu deux papes, Jean Paul II et Benoit XVI, venus en pèlerinage à Lourdes à quelques années de distance. Il a écrit deux livres sur Lourdes, Lourdes, pourquoi je l'aime et Bernadette, pourquoi je l'aime. Ce dernier ouvrage fourmille d'anecdotes, pour lesquelles il a fouillé les archives et lu tous les livres sur le sujet et qu'il a regroupées dans une structure serrée de chapitres égaux en longueur, le livre qui, dit-il, lui a demandé le plus de travail. Ses autres livres : plusieurs ouvrages spirituels, Porter la communion aux malades, Aimer la messe et Je sais en qui je crois et une biographie de l'Abbé Stock , prêtre allemand installé en France, aumônier des prisons de la Résistance puis directeur du séminaire des prisonniers de guerre allemands.

La Procure aime particulièrement :

Jacques Perrier : OEUVRES

Autres contributions