COVID-19 : SUSPENSION DES EXPEDITIONS JUSQU'AU 15 AVRIL MINIMUM

univers suivant univers précédent
Correspondance avec Elisabeth de Bohême et Christine de Suède

Correspondance avec Elisabeth de Bohême et Christine de Suède

Jean-Robert Armogathe

Gallimard ,
collection Folio. Classique, n° 6547 , (octobre 2018)

Résumé

La correspondance du philosophe avec la princesse palatine Elisabeth de Bohême d'une part, puis avec la reine Christine de Suède d'autre part. Toutes deux entrent en contact avec Descartes afin de parfaire leur culture et figurent parmi ses disciples les plus réceptifs. ©Electre 2020

Du même auteur

suivant précédent

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

La correspondance du philosophe avec la princesse palatine Elisabeth de Bohême d'une part, puis avec la reine Christine de Suède d'autre part. Toutes deux entrent en contact avec Descartes afin de parfaire leur culture et figurent parmi ses disciples les plus réceptifs. ©Electre 2020

Quatrième de couverture

Correspondance avec Elisabeth de Bohême et Christine de Suède

La reine Christine de Suède (1626-1689) et la princesse palatine Élisabeth de Bohême (1618-1680) sont deux femmes d'une culture et d'un caractère exceptionnels ; désireuses de parfaire leurs connaissances en philosophie, âgées d'une vingtaine d'années seulement, elles s'adressent au plus grand philosophe du temps. Descartes correspond avec Élisabeth de 1643 à 1649 ; puis avec Christine chez qui il meurt à Stockholm en 1650. Son dernier livre, ce grand traité de morale longtemps différé que sont Les Passions de l'âme, s'élabore ici : par leurs questionnements et leurs objections, ses correspondantes le poussent dans ses retranchements (l'explication précise de l'union de l'âme et du corps) et l'amènent à considérer des objets qu'il avait jusqu'alors peu traités (les affects, le bonheur, l'amour). Ces lettres nous dévoilent une pensée philosophique autant qu'une amitié intellectuelle. S'expriment ici trois grands esprits de la République des Lettres.

Texte intégral

« La philosophie que je cultive n'est pas si barbare ni si farouche qu'elle rejette l'usage des passions ; au contraire, c'est en lui seul que je mets toute la douceur et la félicité de cette vie. »
Descartes à Newcastle ( ?), mars ou avril 1648

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Broché

Page :
476p

Format :
18x11cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
2-07-045951-9

EAN13 :
9782070459513