COVID-19 : SUSPENSION DES EXPEDITIONS JUSQU'AU 15 AVRIL MINIMUM

univers suivant univers précédent
La nuit, j'écrirai des soleils

La nuit, j'écrirai des soleils

O. Jacob , (avril 2019)

L'avis de La Procure

Pour B. Cyrulnik comme pour maints écrivains, cités dans son ouvrage, l’écriture, tel l’art, comble le gouffre de la perte, conduit la souffrance, la détresse hors de soi. C’est une façon de prendre de la distance face à son moi déchiré. Parlant de son traumatisme, l’auteur écrit : « En donnant forme à la tragédie, j’en maîtrisais la représentation... Un objet d’écriture matérialise la pensée et mon monde écrit n’est plus coupé de la réalité. »

Du même auteur

suivant précédent

Les autres internautes ont aussi commandé dans le rayon «Résilience»

suivant précédent

Avis des internautes (0 avis)

Soyez le premier à donner votre avis.

Résumé

B. Cyrulnik relate la manière dont la littérature, l'écriture et la lecture permettent de s'évader, de s'inventer un monde, de combler un manque ou de fuir la réalité. ©Electre 2020

Quatrième de couverture

La nuit, j'écrirai des soleils

« Je sais maintenant, grâce aux récits intimes de mon for intérieur, et aux histoires des enfances fracassées, qu'il est toujours possible d'écrire des soleils.

Combien, parmi les écrivains, d'enfants orphelins, d'enfants négligés, rejetés, qui, tous, ont combattu la perte avec des mots écrits ?

Pour eux, le simple fait d'écrire changea le goût du monde.

Le manque invite à la créativité. La perte invite à l'art, l'orphelinage invite au roman. Une vie sans actions, sans rencontres et sans chagrins ne serait qu'une existence sans plaisirs et sans rêves, un gouffre de glace.

Crier son désespoir n'est pas une écriture, il faut chercher les mots qui donnent forme à la détresse pour mieux la voir, hors de soi. Il faut mettre en scène l'expression de son malheur.

L'écriture comble le gouffre de la perte, mais il ne suffit pas d'écrire pour retrouver le bonheur.

En écrivant, en raturant, en gribouillant des flèches dans tous les sens, l'écrivain raccommode son moi déchiré. Les mots écrits métamorphosent la souffrance. » B. C.

Un livre bouleversant, de témoignage et d'émotion, où Boris Cyrulnik convoque les déchirures d'écrivains célèbres, les conjugue à l'aune de ses propres souffrances pour mieux convaincre chacun de nous des bienfaits de l'imaginaire, de la puissance du rêve, des pouvoirs de guérison que recèle l'écriture.

Fiche technique

Famille :

Sous famille :

Sous sous famille :

Reliure:
Broché

Page :
300p

Format :
22x15cm

Poids:
Non précisé

ISBN :
2-7381-4828-X

EAN13 :
9782738148285