Jean Debruynne

11 résultats
Trier par pertinence
16 résultats par page
Affichage
Filtres
Réinitialiser
  • Rayon
    Spiritualité 3
    Jeunes et religion 3
    Littérature 2
    Témoignages chrétiens 1
    Musique et liturgie 1
  • Disponibilité
    Disponible 10
    Manquant 1
  • Auteur
    Debruynne, Jean 11
    Courrèges, Gaëtan de 2
    Burszstejn, Dominique 1
    Françoise Parmentier 1
    Humenry, Jean 1
    Lasa, Catherine de 1
    Légaut, Charlotte 1
    Marchon, Benoît 1
    Marie-Laure Seux-Levieil 1
    Novi, Nathalie 1
  • Collection
  • Editeur
  • Support
Debruynne-Jean.jpeg

Jean Debruynne, prêtre de la Mission de France et aumônier général des Scouts et Guides de France a mis à profit son talent de poète pour écrire des vers d'inspiration profane ou religieuse qui sont devenus textes de chansons ou de cantiques ou des jeux scéniques pour de grands évènements de la vie religieuse.

Jean Debruynne est né à Lille en 1925 mais sa famille s'est installée dans le Sud Ouest à la déclaration de guerre. C'est là qu'il ressent sa vocation et choisit la toute jeune Mission de France créée par le cardinal Suhard en 1941. Jean Debruynne rejoint le séminaire de la Mission à Lisieux en 1943. Cheminot puis ouvrier, il découvre le monde du travail avant d'être ordonné prêtre en 1950. Après quelques années de ministère en paroisse, il devient secrétaire de la Mission au moment où celle-ci est remise en cause par le Vatican qui ferme son séminaire et interdit les prêtres- ouvriers. Debruynne reprend alors ses études, passe sa licence de philosophie à Lyon, prend des cours d'art dramatique et commence à écrire, pièces, récits et poèmes influencés par son poète favori, Jacques Prévert. Les Scouts de France font alors appel à lui et il devient leur aumônier général, ainsi, plus étonnamment que celui de la police nationale. Ses poèmes religieux sont mis en musique par les meilleurs compositeurs, de Raymond Fau à Mannick, de Gaëtan de Courrèges à Joseph Akepsimas. C'est Debruynne également qui écrit les jeux scéniques montés l'un à Lyon pour la visite du pape Jean-Paul II en 1986, l'autre pour les JMJ de Paris en 1998. . Il est mort au Liban en 2006. Il a donné son nom au prix Jean Debryunne, décerné par le diocèse de Besançon à la meilleure musique mise sur un de ses poèmes.