Jacques Ellul

60 résultats
Trier par pertinence
16 résultats par page
Affichage
Filtres
Réinitialiser
  • Rayon
    Sociologie 29
    Théologie 23
    Littérature 1
    L'univers de la Bible 1
    Les grandes religions 1
  • Disponibilité
    Disponible 54
    Épuisé 5
    Manquant 1
  • Auteur
    Ellul, Jacques 60
    Hourcade, Michel 8
    Jézéquel, Jean-Pierre 7
    Paul, Gérard 7
    Rognon, Frédéric 6
    Porquet, Jean-Luc 3
    Bat Ye'ôr 2
    Charbonneau, Bernard 2
    Morillon, Sébastien 2
    Baty, Claude 1
  • Collection
  • Editeur
  • Support
L'espérance oubliée - Jacques Ellul
Disponible en ligne
Anarchie et christianisme - Jacques Ellul
Disponible en ligne
La subversion du christianisme - Jacques Ellul
Disponible en ligne
Philosophie du droit : cours professé à l'Institut d'études politiques de Bordeaux - Jacques Ellul
Disponible en ligne
La foi au prix du doute : encore quarante jours... - Jacques Ellul
Disponible en ligne
Pour qui, pour quoi travaillons-nous ? - Jacques Ellul
Disponible en ligne
L'homme et l'argent : nova & vetera - Jacques Ellul
Disponible en ligne
L'empire du non-sens : l'art et la société technicienne - Jacques Ellul
Disponible en ligne
Ce que je crois - Jacques Ellul
Disponible en ligne
Sans feu ni lieu : signification biblique de la grande ville - Jacques Ellul
Disponible en ligne
Les nouveaux possédés - Jacques Ellul
Disponible en ligne
Histoire des institutions. L'Antiquité - Jacques Ellul
Disponible en ligne
Islam et judéo-christianisme - Jacques Ellul
Disponible en ligne
jacques-ellul.jpg

Jacques Ellul est un juriste, philosophe, sociologue et théologien protestant bordelais, concepteur des théories de la technique et de l'aliénation, auteur d'une soixantaine d'ouvrages et de quantité d'articles qui ont exercé une grande influence.

Jacques Ellul est né à Bordeaux en 1912 dans une famille d'ascendance anglaise, maltaise et hollandaise. Il se convertit au protestantisme à l'âge de 18 ans. Après le bac, il étudie le droit, passe son doctorat en 1936 et enseigne dans les facultés de Montpellier, Strasbourg et Clermont-Ferrand mais est révoqué en 1940 pour avoir critiqué le maréchal Pétain devant ses étudiants. Il revient à Bordeaux qu'il ne quittera plus jusquà la fin de sa vie, prépare l'agrégation de droit qu'il réussit en 1943 et s'engage dans la Résistance - n'a-t-il pas choisi comme devise : exister, c'est résister ?- son mouvement aide les prisonniers évadés et les juifs en leur fournissant de faux papiers et des réseaux de fuite vers l'Espagne. A la Libération, il enseigne à la faculté de droit puis à l'institut d'études politiques de Bordeaux l'histoire des institutions et l'histoire sociale. Il poursuit des activités militantes, anticolonialisme, laïcité, écologie... avec d'autres universitaires protestants, tels le philosophe Bernard Charbonneau et le pasteur et professeur Louis Joubert. Il s'implique dans les affaires de la cité, conseiller municipal de sa ville et surtout dans les instances de l'Eglise Réformée dont il est membre du conseil national. Il publie énormément, une soixantaine de livres et nombre d'articles et dégage deux axes majeurs de sa pensée : la sociologie, fondée sur les analyses de Marx et la théologie. Il meurt à Bordeaux en 1994.