Romano Guardini

17 résultats
Trier par pertinence
16 résultats par page
Affichage
Filtres
Réinitialiser
  • Rayon
    Théologie 12
    Prier 3
    Spiritualité 1
  • Disponibilité
    Disponible 15
    Manquant 2
  • Auteur
    Guardini, Romano 17
    Greisch, Jean 4
    Ancelet-Hustache, Jeanne 3
    Benoît 16 2
    Minéry, Jean 2
    Catala, Genia 1
    Demenge, Françoise 1
    Giraudet, Antoine B. 1
    Granier, Jean 1
    Harcourt, Robert d' 1
  • Collection
  • Editeur
  • Support
Le Dieu vivant - Romano Guardini
Disponible en ligne
coup de coeur librairie la procure
Initiation à la prière - Romano Guardini
Disponible en ligne
Le sens de l'Eglise - Romano Guardini
Disponible en ligne
La vision catholique du monde - Romano Guardini
Disponible en ligne
La fin des temps modernes. La puissance - Romano Guardini
Disponible en ligne
Les fins dernières - Romano Guardini
Disponible en ligne
Prières théologiques - Romano Guardini
Disponible en ligne
De la mélancolie - Romano Guardini
À commander
Initiation à la prière - Romano Guardini
Disponible en ligne
La mort de Socrate : interprétation des dialogues philosophiques Euthyphron, Apologie, Criton, Phédon - Romano Guardini
Disponible en ligne
guardini-romano.jpg

Romano Guardini, italien de formation allemande, initiateur du mouvement liturgique, est l'un des théologiens qui auront marqué le XXè siècle. L'un de ses élèves, qui se réfère souvent encore aujourd'hui à lui, est devenu pape sous le nom de Benoît XVI.

Romano Guardini est italien par sa naissance à Vérone en 1885, mais allemand de formation car ses parents s'installent à Mayence dès l'année suivante. Il entreprend des études de chimie à l'université de Tübingen et d'économie à celle de Munich mais choisit finalement la théologie et est ordonné prêtre en 1910. Il reprend ses études à Fribourg et à Tübingen et passe son doctorat sur Saint Bonaventure en 1915, puis en 1922 son habilitation à enseigner la théologie dogmatique. L'année suivante il devient professeur de philosophie de la religion à l'université de Berlin. Il y enseignera jusqu'à la fin de la guerre et retournera ensuite en Allemagne du Sud, à Tübingen puis à Munich où il enseignera encore 20 ans, jusqu'à sa mort en 1968. Son principal apport théologique est sa réflexion sur le rôle essentiel de la liturgie à laquelle il consacre son premier livre dès 1918. Ses idées mûrissent dans le cadre du mouvement de jeunesse Quickborn qui se réunit au château de Rothenfels . Pour Guardini, sans assemblée, pas de liturgie. Il a transmis cette idée à l'un de ses étudiants à Munich, Josef Ratzinger, futur Benoit XVI qui se réfère souvent à lui.