Didier Long

Didier Long

Didier Long a connu un itinéraire singulier. Entré chez les Bénédictins de La Pierre qui Vire, il y reste dix ans, jusqu'à la rencontre, lors d'un reportage au monastère, d'une journaliste. Marié, consultant internet, il devient historien des débuts du judéo christianisme.

Didier Long entre chez les bénédictins de La Pierre qui Vire en Bourgogne après une jeunesse difficile et un appel ressenti dans une église, qui le lance dans des lectures mystiques et lui fait découvrir la règle de Saint Benoît. Il reste dix ans au monastère, devient, grâce à ses connaissances en informatique et à son goût pour l'art, responsable de la collection Zodiaque sur l'art roman qui fait vivre la communauté. En 1995, le destin frappe à la porte du monastère sous la forme d'une équipe de reportage de télévision. Didier Long tombe amoureux d'une journaliste et quitte le monastère pour l'épouser. Il fonde alors une entreprise de conseil informatique. Il ne s'éloigne cependant pas de la foi, ni des recherches et des études entreprises à la Pierre qui Vire. Le cursus de philosophie et théologie suivi à l'institut catholique de Paris l'a amené à étudier les origines juives des débuts du christianisme et à se définir comme un judéo-chrétien, un chrétien de pratique juive. Il a lu les textes néotestamentaires et talmudiques, étudié les fouilles archéologiques et montré comment l'enseignement du Christ est enraciné dans la tradition juive orale. Il livre le résultat de ses recherches et de sa réflexion dans plusieurs livres, Jésus de Nazareth, juif de Galilée, L'invention du christianisme, et Jésus devint Dieu et une étude sur Les manuscrits de la Mer Morte.